Bandeau French Pop in Japan

 

Partager "BANDEAU FRENCH POP" sur facebookPartager "BANDEAU FRENCH POP" sur twitterLien permanent
 
Drapeau français Drapeau britannique
Partager "drapeaux Mythes" sur facebookPartager "drapeaux Mythes" sur twitterLien permanent
 

 

 

Menu "French Pop in Japan"

_______________________

 

 

Bandeau la French Pop au Japon Bandeau "Les hit-parades" Bandeau "Les classements de ventes" Bandeau "Mythes et réalités"
       

 

Partager "Menu french pop le bon" sur facebookPartager "Menu french pop le bon" sur twitterLien permanent
 

 

Les chanteurs français au Japon

Mythes et réalités sur l'influence de la chanson française au Japon dans les années 60 et 70

 神話と現実  

 

*   *   *

Introduction

1. Les années 50

2. Les années 60

3. Les années 70

4. Les années 80, 90, 2000

Conclusion

 

 

 

Sylvie Vartan recoit 3 disques d'or de RCA Japan - Tokyo 1971

 

 

 

 

 

INTRODUCTION

 

Au Japon plus encore qu'ailleurs, les ventes de disques ne suffisent pas à installer un artiste dans la durée, la scène est tout aussi déterminante. La percée d'un artiste sur le marché nippon n'est jamais le fruit du hasard, elle résulte pour les promoteurs locaux d'une stratégie marketing dont le coût financier est important . En cas d'échec, compte-tenu des lourds investissements consentis, il est rare qu'il y ait une seconde chance...
 
Pour un chanteur étranger conquérir le Japon n'est pas chose facile, mais une fois qu'il aime un artiste, le public japonais se montre fidèle et les longues carrières ne sont pas rares. Le cas de la France est particulier ; il existe au Japon un public authentiquement francophile pour lequel l’évocation de l’Europe passe nécessairement par Paris. Il en découle une grande popularité des artistes français dans ce pays.

Dans les années 30, le succès de la luxueuse revue musicaleMon Paris provoque un engouement pour la moindre chanson évoquant la capitale française. De nombreux standards français sont alors adaptés en japonais, la célèbre soprano Yoshiko Sato devient la première interprète d'un nouveau genre musical, "シャンソン" [Shanson] ;  nous dirons "Chansons". Après-guerre, Saint-Germain-des-Prés et ses mouvements littéraires enrichissent d'une dimension intellectuelle l'imaginaire lié à Paris, cantoné essentiellement au romantisme.

Le souvenir d'un Paris révolu et mythifié perdure aujourd’hui mais à un moindre degré. Le titre de certains albums, comme ceux d’Yves Simon* ou plus récemment de Zaz*, ont même été choisis pour répondre à cette demande... La carrière des interprètes de "Chanson" passe par la scène plus que par le disque. Juliette Gréco, Gilbert Bécaud, Barbara se sont très souvent produits au Japon sans véritable  "tube" à leur actif...

 

Les années 60 voient l'avènement d'une génération d'artistes dont le répertoire "Pop" se démarque fondamentalement de  "La Chanson". Il s'agit d'une ère nouvelle, dans la mesure où les artistes se font connaitre d'abord par les disques, puis par les concerts, voire même par d'autres biais comme la mode ou la publicité. Ce renouveau est porté par les yéyés, principalement Sylvie Vartan et France Gall. La génération suivante aura Michel Polnareff pour leader. Au début des années 70 apparait le terme de "French Pop" qui va bientôt désigner spécifiquement la musique française inspirée du rock anglo-américain ...

 

Après avoir passé en revue  hit-parades et  classements de ventes, il reste encore à évoquer les tournées des chanteurs français au Japon.

 

La synthèse de l'ensemble de ces éléments permettra d'apprécier le niveau de succès de chaque artiste et par la même, de faire la part dans chose entre mythes et réalités ...

 

* Yves Simon - 「La Solitude du Quartier Latin」 RCA 5213 - Yves Simon - 「Les Brumes De La Seine」 RCA-5228      

* Zaz -Love Letter From Montmartre」  RES-180

 

Ils sont allés au Japon...
Calendriers des tournées Quelques explications

 

 

 Adamo

Amanda Lear

Barbara

 Catherine Sauvage

Charles Aznavour

Charles Trenet

 Charlotte Gainsbourg

 Cora Vaucaire

Dalida

Damia

Danielle Licari

Enrico Macias

France Gall

 

 Franck Pourcel

Françoise Hardy

Georges Moustaki

Gilbert Bécaud

 Isabelle Aubret

Jacqueline François

Jane Birkin

Johnny Hallyday

 Joséphine Baker

Julien Clerc

Juliette Gréco

Maxime Le Forestier

Michel Delpech

 

Michel Legrand

Michel Polnareff

Mireille Mathieu

Nana Mouskouri

Patricia Kaas

Paul Mauriat

Raymond Lefèvre

Richard Clayderman

Serge Gainsbourg

Sylvie Vartan

Yves Montand

Yvette Giraud

Zaz

 

 

 

*   *   *

Partager "Mythes & Réalités: Introduction" sur facebookPartager "Mythes & Réalités: Introduction" sur twitterLien permanent
 

I - Les années 50

 

 

▸ En 1954, l’Association des amis des arts au Japon est créée et encourage les tournées de nombreux artistes étrangers. Le jazz reste le genre musical le plus en vogue entre 1952 et 1959. Les tournées par de grands orchestres, Benny Goodman, Ricardo Santos et d'autres, rencontre l'adhésion du public. C'est au cours de cette période, qu'ont lieu les premières apparitions de chanteurs venus de France: Damia en 53, Josephine Baker 54, Yvette Giraud 55, Jacqueline François 58, Charles Trenet 59, Juliette Gréco 61, Yves Montand 62, Gilbert Bécaud 63, Jean Sablon 66, et Colette Renard en 67. 
Les années 50 sont une période pionnière pour les chanteurs étrangers. Les concerts restent événementiels, le public peu exigeant et les tournées deviennent assez facilement des succès... 

 

 

 

Sp japonais de Charles Trenet SP japonais de Yvette Giraud SP japonais de Jacqueline François Juliette Greco Single japonais "Bonjour tristesse" Yves Montand SP japonais Les Feuilles Mortes SP japonais de Gilbert Bécaud
Charles Trenet Yvette Giraud Jacqueline François Juliette Gréco Yves Montand Gilbert bécaud

 

 

*   *   *

Yvette Giraud: Programme japonais 1964  

- Yvette Giraud   イベット・ジロー 


Les informations concernant Yvette Giraud dite "Mademoiselle Hortensia" sont rares, ce qui rend difficile la restitution de sa carrière au Japon. Sa première tournée remonte à 1955, elle est la première artiste occidentale à avoir enregistré un titre en japonais en 1957 puis, en Juillet 1962, elle entame sa 4ème tournée. Elle est à ce moment, la française qui vend le plus de disques dans l'archipel. Sur scène, elle reprend ses propres créations, des classiques allant d’Edith Piaf à Léo Ferré et elle se fait un devoir d’interpréter de nombreuses chansons en japonais.

En France, son nom tombe dans l'oubli dès les années 60 et le Japon devient sa patrie d’artiste. Elle s’y rend plus de trente fois avec Marc Herran, son mari et accompagnateur. Au fil du temps, les salles prestigieuses laissent place à des salles plus confidentielles, puis, parfois, en fin de carrière, à des maisons de retraites ...

 

Quelques indices de sa notoriété :

En 1970, elle publie au Japon un livre de recettes 「Cuisine de famille」.

En 1994, l’Empereur Akihito lui remet l’「Ordre de la Couronne précieuse - 宝冠章

 

Jacqueline François ジャクリーヌ・フランソワ dite "Mademoiselle de Paris", est une artiste de la même génération  qui n'effectura "que" 3   tournées au Japon.
Line Renaud  リーヌ・ルノー "Mademoiselle d'Armentières", quant à elle se tient loin du Japon, très peu de disques y sont édités. Néanmoins, en 1989 elle est l’invitée du "Festival de  Paris" qui se tient à Tokyo tous les 14 juillet depuis 1963.

 

 

*   *   *

- Juliette Greco ジュリエット・グレコ


Quand Juliette Gréco pose le pied au Japon en 1961,elle est annoncée comme "la Reine de la Chanson". Sa venue est considérée comme un événement culturel de premier plan. Yukio Mishima et d’autres figures du monde des arts et lettres assistent à ses concerts*. Après cette tournée triomphale, elle ne cesse de se produire au Japon où elle est considérée comme étant l’âme de la "Chanson Rive Gauche". Cette dimension littéraire la distingue d'Yvette Giraud, pourtant leurs répertoires sont assez semblables.

Bien que son nom lui permette de rempir des salles de 3000 places, elle chante en 1969, au "Café Jean-Jean", un théatre de poche de 140 places. Une attention destinée à permettre ses fans, de vivre avec elle, l'ambiance des caves de Saint Germain des Prés.

En 1976, elle fait partie du jury du Festival de Tokyo qui décerne un prix d'argent à Véronique Sanson et un prix d'interprétation à Isabelle Aubret.

C'est aussi à cette date que la déferlante Disco marginalise tous les styles de musique. En 79, elle retrouve son public d’amateurs de "Chanson" au Sogestu Hall, la nouvelle salle intimiste de Tokyo.  Elle s'y produit régulièrement tout au long des années 80. On la voit beaucoup à la télévision. Au milieu des années 90, son aura intacte, elle se rend au japon presque tous les ans pour des récitals dans des salles prestigieuses.

Juliette Gréco a su prouver qu'elle n'avait pas usurpé son titre de "Reine de la Chanson". Elle a effectué 24 tournées au Japon. La dernière, programmée en 2014, a dû être annulée en raison de son état de santé. 

   

 

Poster Juliette Gréco, Japon tournée 1969

 

 

Juliette Gréco Billet de concert Japon 1976

 

 

Au début des années 80, deux  autres chanteuses "Rive Gauche" sont également  programmées au Sogestu Hall: Cora Vaucaire* et Catherine Sauvage*. Cette dernière  effectue au Japon ses derniers engagements professionnels d'importance. En 1983, la NHK consacre un showCaptivating fantasyaux trois égéries de la "rive gauche".

 

LP Yvette Giraud A Tokyo Angel Record LP japonais de Juliette Gréco Récital Philips LP japonais de Juliette Gréco Récital vol.2 Philips LP japonais de Cora Vaucaire Récital LP japon Cora Vaucaire récital vol.2 LP Catherine Sauvage Récital au Japon 1983

Giraud à Tokyo

Juliette gréco

Récital

Juliette Gréco

Récital Vol.2

Cora Vaucaire

Récital

Cora Vaucaire

Récital Vol.2

Catherine Sauvage

Récital au Japon

 

* Un des concert filmé pour la télévision a été édité en LD chez Toemi Laser Vision sous le titre Juliette Greco 1961.

* Des albums Live at Sogestu Hall ont été publiés en deux volumes pour Juliette Gréco et Cora Vaucaire. Un double LP de Catherine Sauvage,Récital au Japona été édité à 500 exemplaires chez INFINI records en 1983. 

 

 

 

 

II - Les années 60

 

 

 

▸ Le deuxième boom de talents étrangers a lieu vers la fin des années 1950. L'économie japonaise d’après-guerre se stabilisant, les promoteurs s'offrent les plus grandes stars et on désigne cette période courant de 1961 à 1965 comme un "âge d'or".  Nat King Cole en 1961, Frank Sinatra en 62, Ella Fitzgerald, Ray Charles, Miles Davis, Tony Bennett, et d'autres trouvent un public enthousiaste dans les grandes villes du Japon, faisant salle comble que ce soit dans des auditoriums ou des nightclubs.


Jusqu'alors, le rock n’intéresse que les adolescents des grandes villes, son impact s’estimant essentiellement dans les ventes de disques.  La population lycéenne, dont le pouvoir d’achat est estimé faible, n’intéresse pas encore les tourneurs.  
Les choses comment à bouger en 1964. Le succès inattendu du film musical「
Cherchez l'idole」, a deux conséquences : il provoque une "vague française" sans filiation avec la "Chanson" et il favorise l'émergence de chanteuses yéyé qui se mettent dans les pas de Sylvie Vartan, la vedette du film. Les disques de France GallFrançoise HardySheila font leur apparition au Japon. Des titres de Chantal Goya, Chantal Kelly et Marjorie Noël entrent dans les charts. Pourtant en dehors de Sylvie Vartan et de France Gall, il n'y aura pas de tournées...

Plus tard en 1967, Adamo apporte un nouveau souffle à la "Chanson française" dans un genre proche de ce que les japonais appellent "Enka" (style entre Yéyé et Chanson) par opposition à Pop. Il ouvre la voie à Enrico Macias. Soucieux de ne pas laisser pas le champ libre à Gilbert Bécaud, son rival de toujours, Charles Aznavour fait une première tournée en 1968. 

 

Sp japonais de Charles Aznavour "L'amour c'est comme un jour" SP japonais de Chantal Goya 1966 SP japonais de Sheila 1966 SP japonais de Enrico Macias "je le vois sur ton visage" Danièle Denin  SP japonais SP japonais de Adamo "Tombe La Neige"
Charles Aznavour Chantal Goya Sheila Enrico Macias Danièle Denin Adamo

 

 

*   *   *

 

Sylvie Vartan à Tokyo 1965 aéroport d'Haneda.
Sylvie Vartan SP juke Box 21, japon 1965
 

-  Sylvie Vartan ◆ シルヴィ・ヴァルタンSylvie Vartan, affiche Japon 1973

Discographie vinyle: 55 SP + 1CD single / 10 EP / 2 maxi 45t / 5 mini LP/ 65 LP

 

Elle est la première à faire entendre la  voix de la "French Pop" au Japon. En se classant N°1 en 1964 avec 「La plus belle pour aller danser」elle obtient un succès dont l'ampleur lui procure une célébrité immédiate. Elle incarne alors, aux yeux des Japonais, le phénomène de "l'idole adolescente". En 1965, les spots publicitaires qu’elle tourne pour la marque Renown contribuent à la faire connaitre au delà de son public de fans. Dès sa première tournée, elle chante aussi bien pour les jeunes que dans le club de jazz le plus élitiste de la capitale, le "New Quartier Latin". Dans les années 70, elle muliplie succès de disques et tournées.  

Les années 80 seront plus orientées "business" que "show". Elle signe de nombreux contrats publicitaires, notamment avec Coca-Cola en 1985 et elle ouvre une école de danse à Tokyo... Dans les années 90  elle reprend les tournées et retrouve le sommet des charts en 2001 grâce à la mise en avant d'un de ses ancien succès, 「Irrésistiblement」dans le film「Water boys

 

La longévité de sa carrière au Japon tient sans doute au fait qu'elle saura s'imposer dans d'autres styles, du rock au disco ...

Considérée comme une des Diva du Show Buziness international, Sylvie Vartan s'est toujours tenue loin du genre "Chanson" qui est pourtant une voie royale pour  une artiste française. C'est à ce titre qu'elle est désignée par les japonais comme la "Reine de la French Pop".

 

Elle demeure à ce jour l'une des quatre seules chanteuses étrangères à  avoir obtenu une place de numéro 1 au Japon (avec Mary Hopkin, Irene Cara et Céline Dion).  Ses chansons sont régulièrement utilisées pour des publicités. 

Elle bat plusieurs records de longévité, tant par ses classements dans les charts (37 ans) que par sa présence sur les scènes japonaises (53 ans séparent son premier passage au Kyoto Kaikan de ses concerts au Bunkamara de Tokyo et au NHK Hall d'Osaka en mai / juin 2018).

 

 

*   *   *

 

 

 

SP Japon France Gall 1966 "nous ne sommes pas des anges"

-  France Gall   フランス・ギャル

Discographie vinyle22 SP / 7 EP / 7LP

 

Suite au triomphe de「Poupée de cire, poupée de son」plusieurs de ses singles, signés Serge Gainsbourg se classent dans les charts. Début 66, elle succède à Sylvie Vartan comme chanteuse N°1, mais les choses évoluent rapidement. Quand elle se rend au Japon pour y donner dix concerts en juin 1966,  sa tournée tombe au même moment que celle des Beatles qui captent toute l'attention de la presse et du public. Les Japonais parlent "d'effet Beatles". Ce sera  sa  seule  tournée  au  Japon.

Après  1970  ses   disques  ne  sont  plus distribués régulièrement. En milieu de décennie, sa nouvelle maison de disque tente de la repositionner aux cotés de Jeanne-Marie Sens, Véronique Sanson et Françoise Hardy comme chanteuse "Pop" musicalement plus mature, sans trop de références à son passé.

Aux yeux des japonais, France Gall reste la  parfaite incarnation du yéyé. Ses chansons signées Gainsbourg font la joie des publicitaires

 

 

 

France Gall au Japon, 1966
SP Japon France Gall 1967 "Polichinelle"

 

 

*   *   *

 

Sheila au Japon Exposition universelle d'Osaka 1970

 

Sheila   シェイ

Discographie vinyle  17 SP /  1 EP /  6 LP

 

Plusieurs de ses singles ont été des succès de hit-parade entre 65 et 66, surtout 「Toujours des beaux jours qui atteint la 20ème place du classement "Music Life". Sheila s'est rendue au Japon en 1970 à l'occasion de l’Exposition Universelle d'Osaka, on peut raisonnablement penser que ce n'était pas seulement pour admirer l'architecture du pavillon français...

Elle fait partie des artistes promotionnés par Phonogram dans le cadre de la campagne marketing "Beautiful sound" (Voir plus bas:  Les 70's).

Pendant la période disco, son titre Singing in the rain」 figure dans les playlists des discothèques

 

 

*   *   *

Partager "Mythes & Réalités: 1 ère partie" sur facebookPartager "Mythes & Réalités: 1 ère partie" sur twitterLien permanent
 

 

 

 

-  Adamo ◆ Adamo Flyer concerts à Tokyo 1973ダモPoster Adamo concerts à Tokyo, Japon 1974

 

Discographie vinyle   (hors rééditions singles et LP)

44 SP + 3 CD single /  55-60 LP

 

Après un premier succès en 1964,「Dolce Paola」, Adamo voit sa réputation grandir quand la chanteuse Fubuki Koshiji adapte plusieurs de ses chansons dont「Tombe la neige / Yuki Ga Furu」. Le titre est devenu un standard dont il existerait 500 versions! Dès 1967 et jusqu'au milieu des années 80, Adamo se produit au Japon pratiquement chaque année.

Dans les années 70, son succès prend des proportions considérables.  En 1973, il inaugure le NHK-Hall et, accompagné d’un orchestre de 40 musiciens, il devient le premier francophone à l'affiche du Nippon Budokan, une performance habituellement réservée au stars américaines. (Michel Polnareff  sera le seul autre chanteur français à se produire dans cette salle). Les activités artistiques d’Adamo au Japon s’intensifient tout au long de la décennie pour culminer en 1976 avec une tournée de 29 dates dont deux nouveaux concerts au Budokan. En 1979, il se rend trois fois au Japon, puis les tournées s'espacent. Son dernier passage remonte à 2010 et, à cette occasion, il révele à la télévision, que mises bout à bout, les périodes de sa vie passées au Japon représenteraient trois années pleines... Avec près de 400 concerts, Adamo est de loin le recordman des tournées dans l'archipel pour un chanteur étranger, toutes nationalités confondues.

 

1968 - Premiers Fan-clubs - 1969, son singleYuki Ga Furuest un énorme succès, #5 Oricon1973, il interprèteJe vivraisla chanson d'une co-production TV franco-japonaiseles Oiseaux de Meiji Jingu- 1974, La BO de sa comédie musicale l'Ile Aux Coquelicots sort uniquement au Japon en édition limitée - 1977,sa soeur, Delizia Adamo interprète au Festival de Yamaha Comme Un Feu Qui Dortun titre spécialement composé par Adamo. La même année, Adamo invite la chanteuse folk Mayumi Itsuwa en première partie de son Olympia - 1978, il compose deux mélodies originales pour la star Shinichi Mori,甘ったれ#27 Oricon - 1979, il chante pour la cinquième et dernière fois au Nippon Budokan, lors d'une série de concerts avec le leader du groupe folk Alice, Shinji Tanimura. Ses chansons ont été utilisées pour des publicités dès 1978 - 2003 la reprise par Goto Maki de Sans toi ma mie est classée #6 Oricon.

 

 

 

*   *   *

 

 -  Enrico Macias ◆  エンリコ・マシアス

Discographie vinyle : 26 SP  dont 3 en japonais - 33 LP

 

 

En avril 1967, Enrico Macias rencontre à Moscou la chanteuse et productrice Yoshiko Ishii*. Par son intermédiaire, Enrico se rend à Tokyo en octobre de la même année. 「L’amour c’est pour rien」 devient un très gros succès et ses chansons sont reprises par des artistes japonais, comme la chanteuse Kishi Yoko. Deux albums live d'Enrico sont édités, le premier en 1969, le second en 1972 lors d'une tournée de 25 dates. Il figure parmi les artistes français qui font le plus de tournées au Japon. A l'instar d'Adamo et Sylvie Vartanil enregistre un LP spécialement pour le marché japonais: Pour mes amis du Japon.

 

* Yoshiko Ishii passionnée par la chanson française, amie de Damia et Joséphine Baker, elle fera venir au Japon Yves MontandCharles Trenet ou encore Barbara ...

  LP "Macias in Japan '72"

 

 

*   *   *

 

 

 

Charles Aznavour poster Japon 76

 

-  Charles Aznavour ◆  シャルル・アズナヴール

Discographie vinyle : information non disponible. Discographie importante.

 

La carrière internationale de Charles Aznavour passe bien évidemment par le Japon, et ce, dès les années 60. Il s'y est produit neuf fois, et le prix des places pour ses spectacles était parmi les plus élevés. A la suite de ses tournées, 3 LP enregistrés en public ont été publiés. Son plus grand succès au Japon, 「Isabelle」 est plutôt méconnu en France. Il est l'heureux auteur pour Sylvie Vartan de la chanson française la plus vendue au Japon et la seule à avoir été classée N°1, 「La plus belle pour aller danser」.  Son interminable tournée d'adieux débute en 1991 à Tokyo 「Last concert tour in Japan」avant de repasser en 2007 par Osaka, Fukuoka, Tokyo et Nagoya sous le tire de「Tournée des Adieux」 puis, de nouveau en juin 2016  par Tokyo et  Osaka, baptisée cette fois 「Dernière tournée au Japon」...

En 2018, il reçoit la médaille de "l'Ordre du Soleil Levant旭日章- Kyokujitsu-shoet annonce son de retour au Japon pour deux spectacles baptisés cette foisConcerts anniversaire. Le 18 mai il aurait dû fêter son quatre-vingt quatorzième anniversaire sur scène à Osaka, mais les concerts avait été reportés après sa fracture du poignet.

Charles  Aznavour est monté sur les scènes des NHK Hall de Tokyo et Osaka les 17 et 19 Septembre. Ce furent ses deux derniers concerts, le chanteur s'est éteint en France le 1 octobre 2018.

 

 

 

*   *   *

 

 

 

-  Serge Gainsbourg & Jane Birkin ◆ ジェーン・パーキン&セルジュ・ゲーンスブール

 

En 1969, Jane Birkin connaît un premier moment de gloire au Japon grâce au film 「Les chemins de Katmandou」  qui la  propulse dans tous les magazines. Après la sortie de「Je t’aime moi non plus」 le duo qu'elle interprète avec son pygmalion, Serge Gainsbourg (# 47  Oricon), le couple bénéficie d'une forte exposition médiatique. En 1971, Jane et Serge, désormais indissociables, sont invités pour la première fois dans l'archipel pour promouvoir le film 「Cannabis」. Des avant-premières et une émission de TV sont organisées à Tokyo, Osaka et Kyoto. Dans les interviews, Serge fait assaut de provocations pour être fidèle à sa réputation sulfureuse. En 1975, ils  participent au festival de Tokyo en tant que membres du jury. Puis pendant plusieurs années le public japonais  semble se désintéresser d'eux...

En 1989 Jane parvient à faire revivre la musique de Gainsbourg en classant 「L’aquoiboniste」# 48 au top Oricon, cette même année, elle donne ses premiers concerts au Japon. En 1994 son CD 「Best of」se classe # 15 du top albums Oricon et devient double disqe d'or ... Jane Birkin est devenue une icône.  Un livre intitulé 「Love Jane Birkin」 lui est même consacré.

  "An an" Cover  Gainsbourg and  Birkin, 1971, Japan

 

 

*   *   *

 

 

- Danièle Vidal   ダニエル・ビダル

Discographie vinyle : 8 EP /  17 SP / 13  LP

 

C'est la seule françaDanièle Vidal couverture magazine japonaisise à avoir fait carrière au Japon tout en étant totalement inconnue dans son pays d'origine. Dès 1969, elle obtient de nombreux succès en français comme en japonais avec des chansons originales mais aussi des reprises. Elle devient une figure familière de nombreuses émissions de télévision. Elle est choisie pour plusieurs campagnes publicitaires allant de Toyota aux yahourts Meiji en passant par les dentifrices Sansta. On trouve peu d'informations sur d'éventuels concerts. Il n'existe d'ailleurs ni albums live ni programmes de tournée. En 1977 sous l'objectif de David Hamilton, elle pose pour des photos de charme dans Weekly Playboy (週刊プレイボーイ). Après 1978 ses enregistrements se font rares. En 1985, elle cède aux sirènes de la "Chanson", un genre qui lui était étranger, et elle enregistre un album 「Paris je t'aime d'amour」, plusieurs fois réédité. Plus tard, elle enregistre de nouvelles versions de ses tubes...Ses dernières apparitions télévisées remontent aux années 90, puis on perd sa trace.

 

Avec ses cinq premiers singles, tous disques d'or, elle est l'une des  chanteuses françaises les plus classées dans les charts Oricon. Son succès au Japon  la place pendant quelques années au premier rang des ventes d'albums à l'étranger pour les disques Barclay. Il faut attendre 2006 pour que ses enregistrements originaux soient enfin réédités. Depuis la fin des années 80, Danièle Vidal vit dans le sud de la France. En dépit d'une actualité musicale inexistante, Danièle Vidal n'est pas oubliée des japonais qui font toujours appel à elle, que ce soit en France ou au Japon. Les 7 et 8 juillet 2018, elle était sur la scène du NHK-Hall de Tokyo dans le cadre du 56ème "Festival de Paris".

 

 

 

▸ Les années 60 : Bilan

 

 

 

En 1965, pour la musique dite "Western Pop", Sylvie Vartan a généré un engouement sans précédent auprès des jeunes. Les historiens japonais la désignent même comme la première "Idole des teenagers".

L’événement qui marque un tournant dans la conception des tournées est la venue des Beatles en 1966. Ils sont les premiers à se produire dans l’enceinte du Nippon Budokan, une salle couverte de 11/15 000 places destinée aux compétitions d’Arts Martiaux. A leur suite, le virus de la pop se diffuse rapidement et à la fin de 1969, presque toutes les grandes salles, de Tokyo à Osaka, mettent à l’affiche un groupe ou un artiste étranger.

Ce qui était autrefois rare, ne l’est plus. Cette inflation de groupes va finir par saturer le marché. De plus des groupes pop japonais rivalisent en popularité avec les meilleurs groupes étrangers. Enfin, la télévision, en plein essor entre en concurrence directe avec le divertissement live. 
Revers de la médaille, on commence à enregistrer des flops retentissants comme celui de la tournée de
Mike Curb ou encore celle du groupe War qui joue au Budokan devant 2000 personnes là ou 11.000 étaient attendues. 

 

Partager "Mythes & Réalités: 2ème partie" sur facebookPartager "Mythes & Réalités: 2ème partie" sur twitterLien permanent
 

 

 

III - Les années 70

 

 

▸ 1970 - 1973

 

 

▸ Après la disparition du yéyé, le succès persistant de Sylvie Vartan et d'Adamo, qui profite respectivement à RCA Victor et Toshiba Odéon, incite les maisons de disques concurrentes à unir leurs forces pour  lancer de nouveaux artistes français. Cette campagne de promotion s'appuie notamment sur les festivals de musique pour tenter de faire connaitre rapidement de nouveaux noms. En outre, à l'initiative de Mme Misa Watanabe, une personnalité influente du show-business japonais, plusieurs chanteurs sont invités à l'Exposition Universelle d' Osaka en 1970, notamment Charles Trenet, Véronique Sanson et Sheila. Des concerts seront donnés à cette occasion par Gilbert Bécaud et Dalida. Dans le Pavillon Français, dont l’aménagement a été pensé par Roger Tallon, le visiteur découvre les gigantesques moulages des visages de Sylvie Vartan, Françoise Hardy et Georges Moustaki sur lesquels des films sont projetés alors que leurs chansons sont diffusées.

 

Sp japonais de Joe Dassin SP japonais de Michel Fugain LP japonais des Yamasuki LP japonais de Jean Ferrat SP japonais d'Hervé Vilard SP  japonais de Daliele Vidal
Joe Dassin Michel Fugain Les Yamasuki Jean Ferrat Hervé Vilard Daniele Vidal

 

Eclair rouge   L'article "Beautiful sound campaign" publié dans Cashbox explique les détails de ce qui sera une véritable campagne de marketing aux retombées les plus diverses :

 

 

TOKYO - Cinq maisons de disques ont décidé de lancer une campagne intitulée "Beautiful Sound" centrée sur la musique française. Elle s'étalera de l'été à l'automne. Messieurs Shimizu pour Columbia, Mori pour King Records, Mitsuka pour PhonogramTakaku pour CBS Sony et Kaneko pour Teichiku Records joindront leurs efforts pour mener à bien cette campagne. Il est prévu que le magazine SLC sorte désormais chaque mois au Japon et un concert sera organisé au moins une fois par mois.Les artistes qui seront promotionnés par les cinq maisons de disques sont les suivants :

Pour Columbia: Saint Preux.

Pour  King: Danielle Vidal, Jean Ferrat, Charles Aznavour, Dalida, Nicoletta, Poppys, Michel Delpech.

Pour Phonogram : Serge Priset, Zaza, Sheila, l'orchestre de Jean Claudric, Les Yamasukis, Hervé Vilard, Johnny Halliday, Nana Mouskouri.

Pour CBS-Sony : Michel Polnareff, Michel Fugain, Joe Dassin, Caravelli et ses violons magiques .

Pour  Teichiku Records : Mireille Mathieu.

 

Voir l'article original Cashbox 14-08-71

 

 

A la lecture des noms cités dans l'article, on se rend compte que les réussites sont rares. Au début des 70s, le challenge pour les Logo CBS Japon  "French pops" maisons de disques est de moderniser l'image de la French Pop. La musique yéyé est définitivement révolue car jugée ringarde. En 70/71, Sylvie Vartan fait exception à la règle avec ses pochettes de disques  reprennant des photos des 60's.                                                                                                                                          

 

Flèche à gauche Dans cette volonté de moderniser pour mieux  vendre, c'est CBS qui remporte le plus vif succès avec Michel Polnareff. La firme crée même une sorte d'estampille "French Pops", ("French Pop","French Sound" pour Warner), qu'elle place sur tous les disques de ses artistes français. Toutefois, dans les faits, la promotion des artistes français ne repose que sur la visibilité donnée par les tournées. Américains et Anglais tirent leur force d'une

abondante presse japonaise  spécialisée en Pop Anglo-saxone, qui leur permet d’être présent dans les médias tout au long de l ‘année. On ne trouve aucun espace équivalent pour la musique française et à plus forte raison pour la "French Pop".  Dans les années 60, au plus fort du Yéyé, la "Western Pop" était encore globale et on trouvait, entre les Beatles et les Stones, une place pour des articles sur Sylvie Vartan, France Gall ou même Adamo. 

Les années 70 sont différentes et la "French Pop" se retrouve marginalisée. La possibilité, un temps envisagée, de faire publier SLC au Japon est abandonnée. A défaut, pour que les fans japonais puissent trouver des informations sur leurs chanteurs préférés, les livrets des LP et EP regorgent d’éléments sur l’actualité des chanteurs, et donnent toutes les clés pour les replacer dans leur contexte français. 

En "French Pop" stricto sensu, en dehors de Polnareff et Sylvie Vartan, les succès sont rares, que ce soit pour Michel Delpech ou Daniel Gérard. 

Il en va autrement pour les compositeurs de musiques de films ou les formations orchestrales qui connaissent un age d'or. 

 

 

Sp japonais de Francis Lai SP japonais Michel Legrand "La piscine" SP Japon Michel Polnareff "Holidays" SP Japon de Julien Clerc "elle voulait qu'on l'appelle Venise" SP japonais de Johnny Hallyday "Johnny On stage" SP  japonais de Michel Delpech
Francis Lai Michel Legrand Michel Polnareff Julien Clerc Johnny Hallyday Michel Delpech

 

 

*   *   *

 

 

- Francis Lai   フランシス・レイ 

 

Dans les années 60/70, le cinéma français est largement distribué au Japon, ce qui favorise le succès du compositeur de musique de film Francis Lai. Pourtant, c'est avec un film américain 「Love Story」qu'il
Francis Lai, billet de concert du 5 mars 1971 au Budokan de Tokyoremporte le plus de succès. 3 versions single de la chanson du film,「Where Do I Begin」, entrent dans le Top 10 Oricon et le LP se classe #2. En moins de 3 années, ce sont 5 de ses singles qui dépassent les 500.000 ventes. Son succès est inégalé. Il se rend au Japon pour une courte tournée qui débute le 26 février 1971 à Tokyo au Shibuya Hall, pour se terminer le 5 mars au Budokan. Francis Lai est le premier artiste français à jouer au Nippon Budokan. A cette occasion, il y dirige le "Japan Philarmonique". Le LP 「Live In Japan」est extrait de ce concert. 

Francis Lai ne retournera pas au Japon avant 2010. En effet, sa phobie de l'avion l’a contraint à repousser de nombreuses propositions de tournées, ce qui a peut être eu un impact négatif sur sa popularité. Après 71, il disparait des charts.

 

Une formation baptisée "L'Orchestre de Francis Lai" a joué sa musique au Japon et dans d’autres pays mais, sans le Chef au pupitre... 

 

 

*   *   *

 

 

- Michel Legrand   ミシェル・ルグラン

 

La musique qu'il compose pour「Les Parapluies de Cherbourg」a un retentissement mondial qui touche le Japon. Certaines des chansons du film sont adaptatées en japonais. Ses musiques pour des films américains, sa proximité avec le jazz, ne font que renforcer sa célébrité, qui est plus internationale que spécifiquement japonaise.

Au Japon, dans les années 70, il entreprend trois grandes tournées avec son orchestre. Celle de 1972 fait l'objet d'un LP 「Live in Japan」. En 79, il compose la musique du film japonais réalisé par Jacques Demi,La Rose De Versailles」. 7ème succès au Box-office l'année de sa sortie, le film tout comme ses thèmes musicaux restent largement ignorés en dehors de l'archipel. En 1983「Les Parapluies de Cherbourg」devient une comédie musicale jouée sans interruption depuis. 

Michel Legrand ne cesse de se produire au Japon avec son trio jazz ou pour des concerts plus événementiels.

 

 

LP Japon "Les Parapluies de Cherbourg"SFL-7194 LP Japon  "Les Parapluies de Cherbourg" SFL-9120 SP Japon "Les Parapluies de Cherbourg" SFL-3075 SP Japon "Les Parapluies de Cherbourg"  SFL-1790 SP Japon "les Parapluie de Cherbourg" "Je t'attendrais toute ma vie"

 

 

*   *   *

 

 

Michel Polnareff Pub Japon CBS  

- Michel Polnareff   ミッシェル・ポルナレフ

Discographie vinyle (hors rééditions LP) 24 SP  / 2 EP  / 34 LP

 

Les charts démontrent son succès au Japon dans les années 1970. Véritable "Pop Star", il domine alors les hit-parades. Il s'y rend à quatre reprises et lors de sa tournée trMichel Polnaref publicité CBS Japoniomphale  de 1975,  il donne deux concerts dans la salle mythique du Nippon Budokan à Tokyo (10 000 places). Sa dernière tournée date de 1979. Les années 80 ne sont pas favorables aux européens, et notre fantasque chanteur a déjà cessé de se produire sur scène. Un dernier single sort en 1981 puis sa popularité décline.

En 2000, l'une de ses compilations entre dans le Top 40 Oricon. En 2007 et 2016, de nombreux japonais se déplacent à Paris pour suivre ses concerts à Bercy. Michel Polnareff exprime souvent le souhait de retourner chanter au Japon...

 

 

*   *   *

 

 

- Michel Delpech  ミッシェル・デルペッシュ 

 

Après le succès surprise de「Pour un flirt」# 28, en 1972, Michel Delpech est invité à chanter au Tokyo Music festival. Dans la foulée, il effectue une tournée qui passe par Tokyo et Osaka. Accompagné de seulement quatre musiciens, les concerts ne rencontrent pas un franc succès, faute de titres suffisament connus. Il ne retournera pas au Japon.

En 1980, le groupe japonais Circus reprend l'une de ses chansons 「La Maison en ruine / 去りゆく夏」. Le single se classe # 95 au top 100 Oricon.

 

- Danyel Gérard  ダニエル・ジェラール 

Son succès international, Butterflyatteint le top 10 en 1971 et on le retrouve au coté de Michel Delpech lors du premier Tokyo Music festival de 1972. Les sources restent étrangement muettes à son sujet. 

 

 

 *   *   *

 

 

- Julien Clerc ◆ ジュリアン・クレール

 

Son impressario, Charley Marouani, l'incite à tenter sa chance au Japon en suivant une stratégie méthodique. En 1972 il enregistre un disque en japonais 「都会のマリ / Si l'on chantait」. On le présente comme le chanteur français n°1 et surtout comme le rival de Michel Polnareff. Sur le modèle des Pop Stars japonaises, on lui attribue un surnom : "Juju". Il accomplit deux tournées, une en 1974 puis l'année suivante en 1975. La pop française ayant déjà perdu de son influence l'entreprise tourne court.

 

- Charley Marouani, était l'impressario de Gilbert Bécaud, Juliette Gréco, Barbara, Enrico Macias, Yves Montand, Sylvie Vartan et Adamo. Si on excepte Charles Aznavour et Michel Polnareff dont il ne s'occupait pas, il apparait comme étant un homme clé pour réussir au Japon.

 

 

 *   *   *

 

 

- Johnny Hallyday   ジョニー・アリディ 

Discographie vinyle : 29 SP / 4 EP / 17 LP


Johnny Hallyday au Japon billet de concert du 27 janvier 1973En 1963, il est le premier chanteur yéyé à appraître dans les classements de ventes Music Life # 17 avec 「Douce Violence」. Dès la sortie du film 「Cherchez l 'idole」 en 1964 il est reconnu comme étant "le mari de Sylvie Vartan"...

En 1973, le film 「Johnny on stagesort sur les écrans, avec la participation de Sylvie Vartan et Michel Polnareff. Cette même année il entreprend son unique tournée au Japon*.

En 1978, il est  membre du jury au  "Tokyo Music Festival". A cette occasion, Mme Watanabee et la haute société tokyoïte donnent une fête pour célébrer son 35 ème anniversaire, en présence de Catherine Deneuve mais aussi de Sylvie Vartan, alors en tournée dans l'archipel.

 

* Le livret du LP de Sylvie Vartan SX-205 contient l'interview d'un journaliste de la presse musicale japonaise qui délivre l'information suivante: "Johnny est jaloux du succès de sa femme et lui aussi veut réussir au Japon"!

 

 

Partager "Mythes & Réalités: 3ème partie" sur facebookPartager "Mythes & Réalités: 3ème partie" sur twitterLien permanent
 

▸ 1974 - 1975

 

 

"Restez à Tokyo un an et vous y verrez toutes les plus grandes Stars du monde"

 

▸ C'est ce que proclament les Japonais, et c’est vrai! Deuxième plus grande ville du monde, après Shanghai, Tokyo est devenue le "Las Vegas" de l’Extreme Orient.

En 1974, Frank Sinatra, Tom Jones, Paul Simon, les Carpenters, Shirley Bassey, Jackson Five, Elton John, Eric Clapton, James Brown, Engelbert Humperdinck, Dionne Warwick, Harry Belafonte, Diana Ross, Ella Fitzgerald, Marlène Dietrich, Maria Callas et Elisabeth Schwarzkopf font partie de la multitude d’artistes ayant joué à Tokyo.

 

Du coté Français, "elles sont venues, elles sont toutes là" : Dalida, Nana Mouskouri, Mireille Mathieu, Sylvie Vartan et même Françoise Hardy, dont les déplacements sont rares. 

 

 

*   *   *

 

Dalida au Japon signant des autographes pour ses fans  

- Dalida   ダリダ

Discographie vinyle (Hors rééditions singles et LP)

30 SP / 6 EP / 25 LP 30 et 25 cm

 

Ses disques sortent au Japon dès le début des années 60. Après Yvette Giraud, c'est l'une des premières françaises à enregistrer en japonais. En 1970, à l'invitation de Misa Watanabe, elle  se produit sur scène pour la première fois au Japon au cours  de l'Exposition Universelle d'Osaka. La suite est marquée par la malchance et les rendez-vous contrariés. Son duo avec Alain Delon Paroles, paroles」(# 28 Oricon) est l’une des meilleures ventes de 1973 et trois dates sont plannifiées pour septembre. Le projet est finalement reporté à février 1974 où six concerts sont programmés. Lors du tout premier, à Tokyo, elle n'est pas en mesure de chanter en raison d’une extinction de voix. Les promoteurs, consternés tentent de la convaincre de monter sur scène pour s’excuser devant le public, ce

qu'elle refuse obstinément. Le public commence à huer,et c'est l'un des organisateurs qui vient sur scène pour excuser Dalida. On procède à des remboursements ou des changements de dates... Les cinq autres dates de la tournée se déroulent normalement et s'achèvera à Tokyo le 15 février. Dalida ne retournera jamais au Japon.

Le film retraçant sa vie sort sur les écrans japonais le 15 mai 2018. 

 

 

*   *   *

 

- Mireille Mathieu    ミレイユ・マチュー

Discographie vinyle :  23 SP / 9 EP / 60LP

 

Parrainée par deux stars, Paul Mauriat et Francis Lai, elle participe à sa première grande émission de télévision 「Music of the world」 (NHK) en marge du Festival de Tokyo 1971. Il y aura trois tournées en 1974, 1976 et 1978 ainsi qu'un album live enregistré en novembre 1974 au Nakano Sun Plaza. En 1978 la NHK lui consacre un show d'une heure 「Captivating Fantasy」. Après cette date, sa carrière japonaise décline et Mireille ne reviendra plus dans ce pays. Un dernier SP sort en 79 et ses albums français sont édités jusqu'en 1986. Depuis, seul son album 「Mireille Mathieu chante Ennio Morricone」est édité en CD.

    Mireille Mathieu, couverture d'un magazine japonais FM 1974

 

 

*   *   *

 

 

Française Hardy au Japon

 

- Françoise Hardy   フランソワーズ・アルディ

Discographie vinyle  (Hors rééditions LP): 17 SP / 1 EP / 22 LP

 

Au plus fort des années yéyé ses apparitions dans les  films 「Un château en Suède」 et 「Grand prix」 favorisent sa visibilité dans l’archipel. En 1974, en raison du succès inattendu de 「Comment te dire adieu」#40 Oricon, elle est invitée dans une émission de variétés des plus en vue, 「Music Fair」. Arrivée au Japon le 16 avril pour promouvoir un LP, elle repart précipitamment dès le 20 pour se rendre au chevet de son fils Thomas tombé malade (rougeole). En 1991, elle séjourne un dizaine de jours à Tokyo pour la promotion de la compilation 「Profil」, participant même à deux showcases. En 1996 elle revient pour promouvoir son LP「Le Danger」... Ses chansons sont activement exploitées dans les publicités, y compris pour de l'électro-ménager! 

En 74, elle est classée 20 ème au classement "Music Life" dans la catégorie "Western Pop female singer".

 

 

 

*   *   *

 

- Nana Mouskouri    ナナ・ムスコリ

Discographie importante

 

Au Japon, Nana Mouskouri est  considérée tantôt comme une chanteuse grecque, tantôt comme une française… Connue pour son interprétation des Parapluies de Cherbourg, elle se rend pour la première fois dans l'archipel en juillet 1974. La  "Vénus à la voix de cristal venue de la Méditerranée" donne deux concerts à Tokyo et enregistre un show TV pour la NHK, qui fera l'objet d'un LP. Lors d'une conférence de presse, elle jette un froid en s'interrogeant sur la longueur des traductions de l'interprète en regard de ses propres interventions. Elle n’apprécie pas non plus la présence lors des concerts  d'un traducteur chargé d'expliquer au public le sens des chansons. Elle ne reviendra pas au Japon, du moins pour y chanter. Grâce à  la force de distribution de sa maison de disques (Philips),  sa discographie japonaise est importante.

 

Une tournée Nana Mouskouri/Demis Roussos est annoncée par Kyodo Production pour avril 78, mais elle a été annulée.

   

45 tours japonais de Nana Mouskouri

 

 

 

*   *   *

 

flyer japonais de Georges Moustaki

 

 

-  Georges Moustaki ◆  ジョルジュ・ムスタキ

 

La premiere visite de Georges Moustaki au Japon a lieu en 1973 lors du Tokyo Music Festival mais c’est en 1974 avec Ma solitude en générique du feuilleton La vie en rose /バラ色の人生」 qu'il obtient son premier succès. Il s'ensuit trois années consécutives de  tournées en 1975, 1976 et 1977 et de conséquentes ventes d’albums. Il est identifié comme un auteur typiquement "Rive Gauche" mais également reconnu comme auteur de  "protest songs", un genre prisé des étudiants japonais.

Son personnage de "poète-vagabon" lui assure un public fidèle, d'autant qu'il arrive à un moment où les auteurs compositeurs japonais prennent leur envol l'acceuillent comme l'un des leurs.

Ses chansons ont été adaptées en japonais. En 84, il enregistre un duo avec Kaori Momoï sur un album entièrement dédié à Moustaki「essai d'amour」.

Le 10 mars 1999 au Musashino Hall Tokyo, il assiste à  「Chanter Moustaki」, un spectacle donné en son honneur. Deux mois plus tard il entame son ultime série de galas dans l'archipel...

Dans la même veine artistique, d'autres artistes lui emboitent le pas.

 

 

- Yves Simon  イヴ・シモン

 

Son premier LP 「Au Pays Des Merveilles de Juliet」 est publié avec un titre plus propice à faire rêver les japonais, 「La Solitude du Quartier Latin /カルチェ・ラタンの孤独」. Il fait une tournée en février 1977. Quelques articles de presse soulignent son succès, même s'il n’apparait pas dans les charts. En 82, album「Concert à Tokyo」 enregistré en 77 au Bunkayo Hall, sort exclusivement en France. Cette année là, il chante à Hiroshima lors d'une comémoration. Ses romans sont publiés au japon et désormais, c'est comme auteur qu'on parle de lui.

 

- Maxime Leforestier  マキシム・ル・フォレスティエ

 

Il entreprend une tournée en 1978. Sa chanson 「L'éducation sentimentale」 a été adaptée en japonais 「感情教育」 pour être le générique d'un téléfilm. 

 

Single Japon - Yves Simon - les gauloises bleues
Maxime Leforestier SP Japon, "l'éducation sentimentale"

 

 

*   *   *

 

- Barbara  バルバラ  

 
"Barbara vous fait respirer l’air du temps présent plus encore que celui de Paris.  C'est pourquoi on prête attention à l'une des plus importantes auteure-compositrice-Interprète de la chanson contemporaine… Une auréole de mystère virevolte devant vos  yeux."  


C’est ainsi que Barbara est présentée dans l'introduction de son programme en 1975 lors sa première tournée. A l’automne 71, Barbara était déjà venue  comme "Invitée d'Honneur" pour un mini récital lors du Festival de Yamaha. A propos du single l’Aigle Noir on peut lire sur la pochette, "L’auteure de Chanson a introduit des éléments de musique Pop dans un texte à la valeur élevée". La même année, Paul Mauriat publie une version instrumentale et Ryoko Moriyama, interprète de "Chanson" en fait une adaptation. 

Barbara reviendra au Japon deux fois, à la fin des années 80. Malheureusement, confrontée à des problèmes de voix, certaines représentations ont été annulées. 

Aujourd’hui, son prestige n’a jamais été aussi important auprès des amateurs de  "Chansons". Des spectacles lui sont consacrés, son autobiographie a été traduite et le film retraçant sa  vie sort sur les écran japonais le 10 novembre 2018 sous le tire, La Rose Noire de la Seine

 

  Affiche Japon "Hommage à Barbara"

- Marie-Paul Belle s’est rendue au japon pour la première fois en juillet 2004, avec un récital piano voix dans lequel elle reprend des titres  de Barbara. 
- En 2011, La chanteuse
Sachiko Kaiyama publie un album, Chante  Barbara.

 

 

 

SP Japon Martine Clémenceau "Un Jour L'amour" Isabelle Aubret SP Japon "Un premier amour" SP japonais de Nicolleta SP japonais de Michele Torr SP japonais de Nicole Croisille DP 1979 SP  japonais de Veronique Sanson
Martine Clémenceau Isabelle Aubret Nicoletta Michel Torr Nicole Croisille Véronique Sanson

 

 

*   *   *

 

- Alain Chamfort  アラン・シャンフォー (9 SP / 1 EP / 4 LP)
- Dave  デイヴ (3 SP / 2 LP)
- Julie Bataille  ジュリー・バタイユ (3 SP connus  / 1 LP connu) 


A partir de 1974 une troisième vague de chanteurs français, dit "chanteurs à  minettes" tente de conquérir le Japon. 

Un moyen efficace y parvenir consiste à utiliser une chanson comme  support à une publicité. Alain Chamfort (75), Dave (76) et Julie Bataille (77) utilisent cette formule avec succès en partenariat avec Kanebo Cosmetic. Les trois chanteurs classent ainsi leurs singles dans les charts.

 

▸ Néanmoins, les promoteurs ne tentent pas de tournées, se limitant à des visites promotionnelles et des participations à des festivals de chansons. Pourtant depuis Un Jour L’amour de Martine Clémenceau en 1971, aucun succès n’est sorti d’un de ses festivals ou se sont pressés: Véronique Sanson, Nicole Croisille, Gérard Lenorman, Nicola Peyrac, Michele Torr, Nicoletta et Daniel Guichard, parmi les plus célèbres.

 

Isabelle Aubret  イザベル・オーブレ

Désignée meilleure chanteuse au Festival de Tokyo 1976, les promoteurs tentent avec elle une tournée limitée en 77. 

 

 

SP Japonais de Dave "Ginza Red" pour Kanebo

Dave

Sp japonais de Alain Chamfort Bonjour Omemesan

Alain Chamfort

SP japonais de Julie Bataille Chantez PinkishJulie Bataille

 

 

*   *   *

 

Echange de bons procédés : dans la seconde moitié des années 70,  la star japonaise Kenji Sawada, poulin de l'écurie Watanabe, tente sa chance en France. Il connaîtra une réussite réelle mais de courte durée...

 

Dans la vidéo extraite de son show Julie in Paris, on peut voir Kenji  Sawada aux cotés de Misa Watanabe, entourés  des stars de la  Flèche à droite"French Pop", Vartan, Adamo, Dalida, Hallyday, Sardou, mais aussi  de l'acteur Omar Sharif, du producteur Jacques Revaux, Hervé Vilard etc 

 

 

 

 

*   *   *

 

▸ Les versions single des B.O de films se retrouvent régulièrement classées dans les hit-parades. Francis Lai accumule les succès dans la première moitié de la décennie. Par ailleurs, l'érotisme est une valeure sure, et de nombreux magazines consacrés aux stars du cinéma et de la chanson, intègrent des photos de charme, souvent explicites. Dans l'espoir de relancer sa carrière, Daniele Vidal tire un trait sur son image d'ingénue et pose nue devant l'objectif de David Hamilton en 1976.

▸ Dans ce contexte, le battage publicitaire autour du film 「Emmanuelle」, permet à Pierre Bachelet d'obtenir un succès important mais éphémère en 75 (# 28 Oricon). On ne trouve pas d’autres enregistrement de lui les années suivantes sur le marché japonais. 

SP Japon Pierre Bachelet "Emmanuelle"

 

 

Sp japonais de Daniele Licari "Histoire dO" "Histoire d'O" BO de Pierre Bachelet - SP Japon DP-4005 SP Japon Caravelli "Histoire d'O" SP japonais de Raymond Lefèvre "Histoire d'O" SP japonais de Nicole Croisille "Histoire d'O" Franck Pourcel"Histoire d'O" SP Japon EOS-BD404
Danielle Licari B.O Pierre Bachelet Caravelli Raymond Lefèvre Nicole Croisille Franck Pourcel

 

 

 

▸ Vers 1971, la variété instrumentale se retrouve sous le label "Love Sound". Paul Mauriat et Raymond Lefèvre sont des stars capables de remplir les plus grandes salles. Pour les besoins de génériques radio, TV, ou de publicités, les commandes sont nombreuses, notament pour Franck Pourcel et Caravelli.  

▸ Avant l'arrivée du Disco, la musique des night-clubs est généralement du Rhythm & Blues que les Japonais nomment "Black Sound".  L'engouement pour le rythme apporte son lot de tubes instrumentaux qui surfent sur les modes du moment. Le groupe Banzai (alias Bernard Estrady), cartonne en parodiant les B.O des fims de Bruce Lee et la musique Afro-Cubaine. Paul Mauriat, quant à lui, convoque le Brésil et renouvelle son style avec sa version de 「El Bimbo」(# 58 Oricon).

 

 

Single Japon Paul Mauriat avec Danielle Licari SP Raymond Lefèvre Japon Banzaï SP Japon Chinese Kun fu SP Japon groupe Banzâi 1975 SP Japon Paul Mauriat El Bimbo SP Japon Franck Pourcel
Mauriat & Licari Raymond Lefèvre Banzaii Banzaï Paul Mauriat Franck Pourcel

 

 

 

 

Partager "Mythes & Réalités: 4ème partie" sur facebookPartager "Mythes & Réalités: 4ème partie" sur twitterLien permanent
 

▸ 1976 - 1977

 

‣ Au cours de l'année 1976, 105 artistes étrangers sont venus  au Japon pour donner des concerts. 70 venaient des États-Unis,  seize de France, huit de Royaume-Uni, six d'Italie, deux d'Allemagne de l'Ouest et un respectivement pour la  Hollande, l'Argentine et Cuba. Parmi les  groupes américains, une majorité était des groupes de rock et de soul.        
En 1977, environ 130 artistes (non classiques) sont venus au Japon: 67 % en provenance des États-Unis, un peu moins de 10 % du  Royaume-Uni, suivis dans l'ordre de la France, l'Italie et d'autres pays. Une ventilation par genre donne 25 % pour le rock'n'roll, 25 % pour le jazz et 8 % étaient pour la musiciens soul, la part restante abritant une  variété d'artistes jouant de la musique country, de la variété, de la musique latine et des "Chansons". Akira Terabayashi,  responsable du département R.P d'Udo Artists, principal tourneur de stars US, déclare «Cette évolution est en partie due à la dépression qui touche l’Europe, ce qui motive les artistes  américains à investir   les marchés australien et japonais".               
Chaque année, les promoteurs doivent dépenser de plus en plus  d'argent pour la logistique et les systèmes de sonorisation. Le nombre des  salles de concert reste le même, et leur capacité excède rarement les 3.000 places, à l’exception du Budōkan. Les salles doivent être réservées un an à l'avance et leurs frais de location ne cessent d’augmenter. Par  exemple, en un an, le coût de la location du Nippon Budōkan  pour   une soirée, est passé de 10 000 $ à près de 12.000 $ . En raison de la flambée des coûts de production, promoteurs et les dirigeants des  firmes de disques privilégient les artistes américains susceptibles de  générer plus de ventes de disques que les européens.  

The many "BOOMS" of the Japanese Music Market by Alex Abramoff. Billboard April 30, 1977

 

 

*   *   *

 

- Paul Mauriat ◆ ポール・モーリア


Consécratrion d'une carrière de compositeur et d'arrangeur, Paul Mauriat est le seul français à s'être classé #1 aux USA en 1968 avec「Love is blue」. Pourtant, ce n'est ni en France ni aux USA mais au Japon que sa renommée a eu le plus d'éclat.

 

Dans les années 60, les formations orchestrales, souvent américaines, remportent beaucoup de succès au Japon. C'est dans ce contexte qu’un promoteur local offre à Paul Mauriat l’opportunité de tenter sa chance. Une première tournée en 1969 rencontre un certain succès. L'effet "boule de neige" escompté fonctionne et ses albums instrumentaux passent en tête des ventes.

A partir de 71, il se rend au japon chaque année. Ses tournées prennent une ampleur inédite et inégalée, le point d'orgue étant la tournée de 77/78. 50 concerts dont 4 concerts au Nippon Budōkan de Tokyo et 13 au Festival Hall d'Osaka, tous "sold out". Il attire un total de 300.000 spectateurs.

Il maintient cette cadence tout au long des années 80 avant de ralentir le rythme. Incapable physiquement d’assurer les premières dates de la tournées 97, il revient pour une tournée d’adieu l’année suivante.

 

Sa célébrité était telle, qu’on a pu le voir dans de nombreuses publicités et qu'il aura même une griffe de prêt-à-porter et d'accessoirs à son nom. Bien qu'il ait été l'un des plus gros vendeur de disques français, Paul Mauriat a souffert d'un manque de reconnaissance dans son propre pays. Ses ventes au Japon sont estimées entre 15 et 20 millions de disques. 

 

  Paul Mauriat flyer japonais. "Congratulations for 15 millions albums sold"
le compositeur et arrangeur français Paul Mauriat devant ses disques d'or

 

 

*   *   *

 

Raymond Lefèvre LP Japonais "Live In Japan" - 1974

 

 

- Raymond Lefèvre ◆レイモン・ルフェーブル 


Au Japon, la carrière de Raymond Lefèvre épouse les mêmes contours que celle de son ami Paul Mauriat. C’est avec sa version instrumentale d’une obscure chanson de Michel LaurentLa Reine de Saba」, que sa notoriété s'installe. Ce titre reste dans les charts 110 semaines. Si ses ventes de disques et ses tournées sont restées en deçà de celles de Paul Mauriat, elles n’en ont pas moins été considérables. Le point culminant de sa carrière se situe dans la deuxième moitié des années 70, quand ses tournées passent par le Budokan de Tokyo. 

Raymond Lefèvre est venu au Japon de 72 à 95, sa formation orchestrale continuera les tournées jusqu'en 2006, avec à sa tête son fils, Jean-Michel Lefèvre.

 

*   *   *

 

- Danielle Licari  ダニエル・リカーリ

 

Sa voix est indisociable des 「Parapluies de Cherbourg」mais c'est véritablement le「Concerto Pour Une Voix」 de St Preux (#16 oricon) qui lui ouvre les portes de l'archipel. Les Japonais nomment "Scat" sa technique de chant. On retrouve ses vocalises aériennes sur de nombreux titres publiés au Japon, entre autres le 「Pénélope」de Paul Mauriat (#40) et des B.O de films. Danielle Licari a effectué deux tournées en 75 et 76. 

Elle a accompagné les tournées de Francis Lai, Raymond Lefèvre, Pierre Porte et Charles Aznavour.

  Danièle Licari 45 tour Japon

 

 

 

 

▸ 1978 - 1979

 

 

▸ A l’exception notable de Sylvie Vartan avec 「Disco Queen」(#47) en 78, l’Ere Disco voit disparaître la langue française des Hit-Parades . Les artistes français en vogue : Amanda LearPatrick Hernandez et Kongas chantent en anglais. Il y a eu un boom  disco au Japon, surtout visible au niveau des ventes de disques. Néanmoins le "French Disco"   n'a pas su bénéficier de ce phénomène, contrairement aux productions allemandes, espagnoles, néerlandaises ou philippines. Dans les playlists des boites de nuit on retrouve toutefois Patrick Juvet, et Sheila B. Devotion
En  79, La dernière chanson en français, ayant eu  un impact dans les charts est un vieux tire de
Françoise Hardy qui sert de BO  à un feuilleton de la NHK. 「Ma Jeunesse Fout Le Camps」(#63)  à contre courant du Disco. Ironiquement, les années  70 se concluent donc dans les classements de ventes avec Sylvie Vartan et Françoise Hardy, deux yéyé girls des sixties.  

 

 

*   *   *

 
Amanda Lear au Japon pochettes de cinq 45 tours  

- Amanda Lear   アマンダ・レア

Discographie 5 SP / 4 LP

 

En dépit d'une carrière disco très brève, Amanda Lear s'est rendue dans au Japon en décembre 1978 pour participer, entre autre, à l'émission Let's Go Young. Elle y interprète Queen of Chinatown, titre pour lequel elle a reçu un disque d'or. Son single est classé #64 au top Oricon.

 

 

*   *   *

 

- Kongas (Cerronne)  コンガ (スセローン) 

 

Kongas est le premier groupe de Cerronne. Les musiciens sont repérés à St Tropez par Eddy Barclay en 1973. Après les avoir signé,  il envoie le groupe jouer un peu partout dans le monde. C'est dans ces circonstances que Kongas se produit à Tokyo dans un club très en vue: le "Mugen".

En 1979,「Jungle」un titre de 73, remixé par Tom Moulton, fait un carton, #39 Oricon. A l'origine de l"Afro disco", ce succès encourage les maisons de disques japonaise à sortir les disques de Manu Dibango et de bien d'autres. Le livret de ce remix, ne mentionne pas Cerronne dont les disques sont désormais distribués par Oversees-Records, sans grand succès. 

Le 10 août 1991, son rock opéra 「Peace-Harmony」est créé en direct   sur le port de Tokyo pour le lancement du 1er satellite de la chaîne de télévision "T V.HD, JSB".


Un autre comparse de Cerronne, le producteur disco Alec R. Costandinos est entré dans les charts avec「Romeo & Juliet(#89). Même si cela peut nous surprendre, les Japonais voient une filiation entre cet Eurodisco symphonique et les arrangements sophistiqués de Paul Mauriat.

 

 

Sp japonais de Alec R constendidos "romeo & juliet" Patrick Hernandez SP "Born to be alive"  japon SP Japon Cerrone "Supernature" SP japonais de Sheila B. Devotion "singin in the rain" SP japonais de Karen Cheryl "sing to me mama" SP japonais de Patrick Juvet "Got a feeling"
Alec R. Costandidos Patrick Hernandez Cerrone Sheila B. Devotion Karen Cheryl Patrick Juvet

 

 

*   *   *

 

▸ Pour clore ce chapitre, il nous faut metionner une autre facette de l'intérêt que les japonais ont pu porter à la chanson française; les adaptations. 

- La chanson de Gérard Lenorman Gentil  dauphin  triste / 秋物語」, qui signifie "Légende d'automne", adaptée en japonais et interprétée  par Kiyohiko Ozaki, est devenue le  générique d'un feuilleton  multidiffusé (1977, 1984, 1988).

- Le tube de Michel FugainUne belle histoire/Mr.サマータイム」enregistré en japonais par le groupe Circus  en 1978 se classe # 1 et devient un standard. Ils reprennent un autre titre de Fugain, 「La fête」qui se classe # 28 au Top 100 Oricon sous le titre 「愛で殺したい」. Les Circus adapteront encore en 「La maison en ruine /去りゆく夏」 de Michel Delpech en 1980. 

- Popularisé dans un premier temps par Danièle Vidal, 「Au Champs Elysées」la chanson de Joe Dassin est devenue un classique. Cette fois encore l'évocation de Paris porte ses fruits.

 

Sp japonais de Circus "Mr.Monday" SP "La maison en ruine" version japonaise par Circus SP "La Fete" version japonaise par Circus SP japonais de Gérard Lenorman "Gentil Dauphin triste" SP japonais de Daniele Vidal "Au Champs Elysées"
Circus [Mr.サマータイム] Circus [去りゆく夏] Circus [愛で殺したい] Gérard Lenorman Daniele Vidal

 

 

 

▸ Les années 70 : Bilan

 

 

 

"Le Japon est Le marché à conquérir, et c’est un marché dans lequel un artiste peut  se produire plusieurs années de suite à condition de savoir y faire" Billboard 1975 - A.Abramoff

 

Les années 70 marquent l'apogée de la variété française au Japon, tant du point de vue des classements dans les charts que par l’envergure des campagnes de promotion. Les tournées restent l'apanage d'un club fermé d'artistes ayant émergé dans les années 60. On y retrouve au premier rang, des interprètes de "Chansons": Adamo,  Charles Aznavour,  Enrico Macias,  Juliette Gréco,  Gilbert Bécaud et la seule représentante qualifiée de "Queen of French Pop" Sylvie Vartan. A l’exception spectaculaire du "Prince of French Pop", Michel Polnareff et celle notable de Georges Moustaki, aucun artiste "nouveau venu" n’a pu s’imposer durant cette décennie. Julien Clerc n’est venu que deux fois, les tournées de Delpech,  Johnny Hallyday,  Dalida, Nana Mouskouri, Yves Simon et Leforestier, sont demeurées sans lendemain.

Si les représentants de ce qu’on appelle la Pop, sont à la peine, la situation pour la Chanson traditionnelle est plus ambivalente. Juliette Gréco poursuit son magistère et Barbara est venue pour la première fois. On constate que la capacité des salles et la durée des tournées deviennent de plus en plus limitées (voir Isabelle Aubret). Malgré une promotion intense à coup de shows télévisés à chacun de ses passages, Mireille Mathieu peine à s’imposer durablement. Entre sa première tournée en 74 et celle de 78, le prix des places de ses concerts est revu sans cesse à la baisse. Après la disparition du vinyl, dans les années 80, ses albums ne seront pas édités en CD. 
Les interprètes et formations de musique instrumentale ont battu des records au Japon. 
Paul Mauriat et Raymond Lefèvre ont été les plus gros vendeurs français de disques au Japon et leurs concerts ont battu des records de fréquentation... Les années 80 vont entériner cet état de fait. 

 

 

 

Partager "Mythes & Réalités: 5ème partie" sur facebookPartager "Mythes & Réalités: 5ème partie" sur twitterLien permanent
 

IV - Les années 80, 90, 2000, 2010....

 

 

 

 

 

Sp japonais de David Hallyday SP japonais de Désireless SP japonais de Lio SP japonais d'Elsa Albul japonais de Vanessa Paradis Album japonais de Clémentine
David Hallyday Desireless Lio Elsa Vanessa paradis Clémentine

 

▸ L'étude des classements de ventes révèle que le déclin de la chanson française au Japon s'amorce dès la fin des années 70. En 1979, Polnareff est contraint de revoir à la baisse la capacité des salles de sa tournée. Pour Aznavour et Macias, qui venaient presque chaque année depuis 1968, les tournées s'arrêtent. Adamo et Vartan changent de maison de disques dans l'espoir de trouver un nouveau souffle. Sylvie Vartan maintient un haut niveau d'activités: publicités, ouverture d'une école de danse. Désormais, ses spectacles, trop coûteux, se donnent essentiellement à Tokyo et Osaka. Adamo conserve le rythme d'une tournée tous les deux ans, mais à partir de 1984, il s'agit souvent de "dîners-spectacles" devant un public choisi mais plus restreint. A contre-courant, en 1982, après 20 ans d'absence, Yves Montand se distingue avec une très importante tournée.

Paul Mauriat et Raymond Lefèvre continuent leurs tournées, rejoints à partir de 1980 par Richard Clayderman.

 

*  *  *

 

 

- Richard Clayderman ◆ リチャード・クレイダーマン

 

Au Japon, ses deux premiers LP se sont écoulés à plus de 500.000 exemplaires.「Ballade pour Adeline」est éditée 325 fois (LP, K7, CD, DVD, compilations multi-artistes etc), et 3.6 millions de partitions en ont été vendues. Depuis 1980, il s'est rendu au Japon 53 fois et y a effectué 41 tournées à ce jour. Le point culminant de sa carrière est le 17 mai 1983, quand sa tournée s'arrête au Korakuen Stadium ou il joue devant 35.000 personnes. (Seuls Simon & Garfunkel l'avaient précédé en 82 et après lui, seuls Stevie Wonder, Lionel Ritchie, Madonna et Michael Jackson en feront autant). Ce 「Concert Sous Les Etoiles」a fait l'objet d'un LP et d'une captation vidéo.

Ricard Clayderman SP Japon "Ballade Pour Adeline"

 

 

*  *  *

 

▸ Dans les Hit-parades, les succès se font rares. Sophie Marceau qui triomphe au Japon dans la Boum, permet à François Valéry de "décrocher un hit" avec leur duo Dream In Blue. Desirless et Jordy font une apparition dans les charts. 

C'est sans doute vers la fin des années 80 que l'oeuvre de Gainsbourg est réévaluée et le chanteur vient pour la troisième fois au Japon mais cette fois pour une série de concerts. L'année suivante, c'est au tour de Jane Birkin de venir chanter. Depuis elle y est retournée régulièrement et on peut même parler d'une dynastie puisque Charlotte Gainsbourg est elle aussi devenue très célèbre comme actrice, chanteuse et icone de mode, au même titre que sa mère. 

A l'aube des années 90, les "vétérans" reprennent du service. Aznavour, Vartan, Macias et Moustaki retrouvent la scène japonaise. En 1990, le Japon accueille pour la première fois Patricia Kaas. Comme Mireille Mathieu, elle tente de s'imposer avec son répertoire personnel, mais également avec un répertoire "Chanson", et des hommages appuyés à Edith Piaf

Bien que n'ayant jamais figuré dans les classements, les noms de Vanessa Paradis, Elsa et Alizée apparaissent dans les médias, Vanessa Paradis étant le plus souvent associée au cinéma.

 

Enfin, depuis 1988, la chanteuse  française Clémentine, totalement inconnue en France à l'instar de Danièle Vidal dans années 70, fait une belle carrière au Japon avec un repertoire éclectique entre bossa-nova, jazz et contines pour enfants. Plusieurs de ses albums figurent dans les classements.

Les Gipsy Kings remportent beaucoup de succès à partir des années 90. Identifié sans ambiguité comme un groupe français, ils sont néanmoins rattachés au flamenco et à la musique gitane qui est en vogue depuis les années 70. En plus d'accumuler les succès sur disques, Ils font de nombreuses tournées 1989, 2000, 2001, 2015 et 2017. 

 

 

Elle Japon Couverture Vanessa Paradis Affiche japonaise de Charlotte Gainsbourg Affiche japonaise de Patricia Kaas
Vanessa Paradis (An an : "Elle" Japan) Charlotte Gainsbourg Patricia Kaas

 

▸ Si on excepte la musique Electro, il n'y a plus eu de succès francais depuis les années 80. L’ambassade de France va continuer à promouvoir des artistes à travers des organisations comme L'Alliance Française ou l'Institut Français. C'est ainsi qu'on voit beaucoup de noms défiler, la plupart du temps pour des showcases: Jill Caplan, Raphael en 2007, Vianney et Julien Doré en 2017, Orelsan en 2018 etc… Parfois, on a eu recours à des stars pour présenter un artiste. Ainsi Olivia Ruiz est-elle venue avec Adamo en 2010 et Julien Doré, avec Sylvie Vartan lors de sa première apparition. Néanmoins une artiste fait exception, Zaz.

 

 

*  *  *

 

 

- Zaz ザーズ

 

Le succès de Zaz au Japon se batit batit sur les mêmes fondements que celui de Yvette Giraud 60 ans plus tôt. En plus de son répertoire, Zaz reprend les standards "Chanson" les plus connus au Japon sans oublier d'invoquer la figure tutélaire Edith Piaf. Son titre「Si jamais j'oublie」est choisi pour le générique d'une série télévisée diffusée sur Tokai TV :「朝が来る」(le jour se lève). En 2017, Zaz apparait dans une émission d'apprentissage du français sur NHK E-TV : 「旅するフランス語」「ZAZと一緒に単語を学ぼう」(apprenons avec Zaz)。
 

 

 

 

▸ Conclusion

 

 

▸ Lors d'une conférence qui s'est tenue à Paris en avril 2005, M. Naoki Shimizu*  organisateur du Summer Sonic Festival déclare (page 4): "Le public japonais est en effet accoutumé au chant anglais . Parmi les artistes français qui chantent dans leur langue maternelle, c’est plutôt l’image sophistiquée que leur renvoient les chanteurs français qui va les attirer. Ainsi l’exemple de Vanessa Paradis, de Jane Birkin ou de Sylvie Vartan, véritables stars au Japon". (...)

 

Pressés de questions sur d'éventuels succès d'autres artistes français, Messieurs Shimizu et  Yasui s’accordent à dire que  "les auteurs–compositeurs de nationalité française n’intéressent guère les japonais. Les seuls français nouveaux venus sur le marché chantent en anglais ou font de la musique électro : Tahiti 80 (100.000 CD vendus), Phoenix ou Pleymo (20.000 CD vendus chez Sony Japan). Par contre, les Japonais raffolent des chanteuses comme Jane Birkin, Françoise Hardy ou Sylvie Vartan" (page 4)

La liste des chansons françaises disponibles en karaoké au Japon confirme cette réalité.

 

Au terme de ce survol, une évidence s’impose : sans négliger le parcours des artistes français après 1970  notre étude nous ramène inlassablement aux années 50 et 60, les seules appréciées des Japonais. Ce qui perdure est ce qui est spécifiquement français. Plus que la musique, c'est plutôt le prestige de Paris et l’image sexy et glamour de nos si belles chanteuses qui perdurent...

 

(*Manager Columbia en 1970 pour la campagne"Beautiful Sound")

 

 

 

 

 

 

 

Partager "Mythes & Réalités: 6ème partie" sur facebookPartager "Mythes & Réalités: 6ème partie" sur twitterLien permanent
 

                                                                   Site Sylvissima, Sylvie Vartan une femme une star, copyright
Copyright © 2015-2017  Etoile séparateur  Reproduction interdite
 
 
Partager "Reproduction interdire" sur facebookPartager "Reproduction interdire" sur twitterLien permanent
 
*   *   *
     
 

Retour

Flèche en bas

 

Icône Contact Sylvissima

Contact

Chapitre "French pop in Japan"  

French Pop in Japan

Icône Facebook

Facebook

Site optimisé pour Mozilla Firefox  Icône Mozilla Firefox
Partager " RETOUR FRENCH POP IN jAPAN" sur facebookPartager " RETOUR FRENCH POP IN jAPAN" sur twitterLien permanent