Drapeau français Drapeau britannique

 

Sylvie Vartan Tout l'bazar

Saint-Tropez 18 août 1975

Los Angeles 1976

Monte-Carlo 15 août  1976

 

("All that jazz" - Carter / Stillman - Adaptation française Michel Mallory)

2 LP Live Palais des Congrès 77 et Intégrale CD Live RCA

"Come on babe dans le show-biz by night, et tout l'bazar!

Les discos les clubs privés les boites, et tout l'bazar!

J'ai une chanson pour toi, j'ai le rôle de ta vie, je t'envoie un contrat , on fait fifty-fifty

C'est du gros baratin, mais ça fait tellement d'bien pour tout l'bazar...

Les playboys, les "je plais" , les minets, et tout l'bazar!

Les "on s'appelle" , "on s'fait une bouffe, ok?"  Et tout l'bazar!

Mais nous on va danser à user nos souliers et au petit matin on ira se coucher

On aura tout le jour pour dormir et puis pour, tout l'bazar....

Oh! t'as vu celui-là  c'est un chanteur connu, c'est beau la gloire!

Oh, celle- là avait complètement disparu, dans tout c'bazar!

Oh! ça c'est le show du show-biz Oh! et tout le monde se déguise...

Bizarre? Vous avez dit bizarre? Et tout l'bazar!

Au fond je suis comme un poisson dans l'eau, dans tout c'bazar!

J'ai des amis sympas et rigolos, dans tout c'bazar!

J'ai beau dire et beau faire, dans le fond je suis fière, d'en faire un peu partie, de les aimer aussi,

Ces gens un peu bizarres, les inconnus les stars  et tout l'bazar!" (...)

 

 
       Roger Peyrefitte assiste au show de Sylvie Vartan à l'Olympia, 1970
   

Roger Peyrefitte et Alain-Philippe Malagnac venus applaudir Sylvie Vartan à l'Olympia dès 1970

On ne sait pas précisément quand et comment Sylvie Vartan et Roger Peyrefitte font connaissance.  Ecrivain déjà sulfureux dans les  années  60,  on voit Roger  Peyreffite  aux côtés d'Alain-Philippe Malagnac dans le public venu  applaudir  Sylvie à  l'Olympia  en  1970. Au hasard d'un article paru dans "Jours de France", on peut lire les confidences de l’écrivain au sujet de Sylvie. Et il parle d'elle dans plusieurs livres avec une affection non dissimulée. A l'époque on le sait lié à Malagnac, lui-même engagé avec Guy Bonnardot , chacun des deux tentant de percer dans le show-business. Malagnac sera co-producteur du show de Sylvie au Palais des Congrès en 1975 ce qui lui apporte la couverture médiatique dont il rêvait. Guy Bonnardot tentera  sa  chance comme chanteur en réalisant quelques 45 tours dont l'un sera financé par Johnny Hallyday. Il assure d'ailleurs la première partie d'une tournée de Johnny en 1975.

 

Roger Peyrefitte parle de Sylvie Vartan :

 

D. - Est-ce qu’il y a dans votre vie, maintenant, une présence féminine ?

R. Peyrefitte. - Bien entendu, il serait ridicule de parler de sexualité désormais. Mais je suis charmé de compter parmi mes amies une très jolie femme qui a du talent et qui est adorable, Sylvie Vartan  dont on a dit que j’avais monté le « show », bien à tort évidemment. Il est exquis de diner avec elle, de parler avec elle, de la voir chanter, de la voir danser, de l’écouter.

D. - Elle a de la conversation ?

R. Peyrefitte. - Mais parfaitement. C’est une femme qui a une vie intérieure extraordinaire et j’en parle en connaissance de cause. J’étais très sensible à sa beauté et à son talent et un de mes amis est devenu son producteur. Cet été, à Monaco, au cours d’un dîner, je me suis trouvé à côté d’elle, nous étions un peu isolés, on a parlé pendant une heure. C’est très rare de pouvoir parler une heure avec quelqu’un. Moi j’ai ma vie de mon côté, elle, elle a la sienne.Eh bien ! J’ai découvert avec stupeur une femme parlant de sa mère, de son fils, de son mari Johnny Hallyday, d’une manière extraordinaire. C’est d’ailleurs une femme qui a eu une excellente éducation. On fait des découvertes, comme cela, exquises, dans le domaine féminin.

D. - Est-ce que vous vous voyez souvent ?

R. Peyrefitte. - Non, je ne la vois pas du tout, ce n’est pas possible. Nous nous rencontrons fugitivement. Tout est comme cela, dans ma vie. Je suis trop absorbé par le livre que j’écris sur Alexandre. Mais je veux dire simplement là, en sa personne, ma gratitude en l’existence du sexe féminin. J’ai su récemment, par Philippe de Malagnac, l’organisateur de son  show, qu’il lui avait donné «  La Mort d’une mère », qu’elle l’avait lu et qu’elle avait pleuré. C’est une femme exquise.

 

*   *   *

 

Anniversaire de Roger Peyreffite le 18 août 1975

 

Sylvie Vartan et Romy Schneider l'Officiel de la mode N°619

 

L'anniversaire de Roger Peyreffite à Saint-Tropez : unique occasion pour la presse de publier des photos réunissant Sylvie Vartan et Romy Schneider

L'anniversaire de Roger Peyreffite à Saint-Tropez : unique occasion pour la presse

de publier des photos réunissant Sylvie Vartan et Romy Schneider

 

 

Mosaico Internacional (Chili))

 

Sylvie Vartan et Romy Schneider Revue Mosaico Internacional (Chili))

 

 

*   *   *

 

       Sylvie Vartan et Guy Bonnardot en 1976 dans la maison de Sylvie Vartan à Beverly Hills Los Angeles Californie USA

Toujours en lisant "Jours de France", on apprend que Sylvie est une fidèle du "Colony",  un restaurant ouvert par l'un des rois de la nuit parisienne, Gérard Nanty. Il faut décrypter les allusions désuètes que le journaliste utilise pour décrire la clientèle très gaie et  très gay  qui hante  le lieu.  Dans  les  années 70,  le  tabou  de l'homosexualité  est  encore très fort   sauf  pour   les initiés. Une dernière fois on voit Sylvie avec Peyrefitte à Monaco en 1976.  La même année  Guy Bonnardot est photographié  en  Californie chez Sylvie. La  Californie  de  76  sert d’ailleurs de  toile de  fond  à  un roman de Roger Peyrefitte, "Roy". Sylvie est toujours restée très discrète sur ses amitiés et ses relations en général, la "bande du Colony" ne fait pas exception. Dans  le magazine gay "Samouraï" au début des années 80,   quand  on lui  en parle, elle se contente de  répondre : "Je ne  sors presque plus en boite car je ne danse plus dans ces endroits, et je ne bois pas". ("Samouraï", janvier 1984). En 2010 dix ans après sa disparition elle évoque Roger Peyreffitte au cours d'une interview qu'elle accorde au site internet "Charts in France" :

 

L'écrivain Roger Peyrefitte (1907-2000) dresse un très joli et très touchant portrait de vous dans son récit "L'enfant de cœur" (1978), récit qui retrace la tentative de suicide de son compagnon Alain-Philippe Malagnac, qui deviendra le mari d'Amanda Lear et qui fut le producteur de votre premier grand show à l'américaine au Palais des Congrès en 1975. J'aimerais savoir ce que Roger Peyrefitte, homme de lettres controversé, vous a apporté sur les plans culturels et humains ?
Ô c'était un homme qui était très cultivé, élégant et qui avait un regard très acéré sur tout! Quand je l'ai rencontré c'était quelqu'un qui avait déjà "vécu" comme on dit …

Il adorait vos chansons. Vous a-t-il proposé de vous en écrire ?
Il parait qu'il m'écoutait, oui. Il ne me l'avait jamais dit. Mais vous savez, curieusement c'est souvent difficile pour un écrivain d'écrire une chanson parce qu'au fond une chanson c'est très court et très concis, c'est un art très différent, c'est une histoire en abrégé et en général les écrivains s'y perdent. Je ne dis pas que c'est impossible mais c'est souvent un exercice difficile pour eux.
 

Et il nous reste quelques photos pour faire la connaissance de "tous ces amis sympas et rigolos"!

 

*   *   *

Au "Colony"

 

Charmante soirée également, ces jours-ci, au Colony de la rue Sainte-Anne, où Gerald Nanty, le maitre de céans, recevait ses innombrables  amis  pour leur souhaiter une heureuse fin d'année. Ce qui ne l’empêchera pas, de toute évidence, de célébrer dans quelques jours la nouvelle année avec le même éclat.

 

Le Colony, depuis quelques années, a conquis une place  à part, j'allais dire particulière, dans la géographie noctambulesque des Parisiens: ancré dans l'un des quartiers les plus "chauds" de la capitale, à I’ombre de l'avenue de I’Opéra, on avait pu penser tout d’abord que ce  restaurant de nuit n’avait pour vocation que de glorifier un certain particularisme de moeurs. Or il se trouve, étrangement, que le Colony a réalisé une symbiose unique dans l'histoire de la vie  parisienne : on y rencontre aujourd’hui les représentants - si j’ose dire - de toutes les disciplines galantes, de l’extrême gauche à l’extrême droite, de la carte du tendre. Disons plus simplement que l'endroit est devenu fort bourgeoisement mondain, et que si l’on y rencontre Roger Peyrefitte, Fernand Legros, Manouche, et leur joyeuse bande, on peut tout aussi bien y serrer la main d’Edgar Faure, de Sylvie Vartan, d’Alice Sapritch ou de Jacques Chazot.  "Jours de France"

 

Vincent Roux, Sylvie Vartan, Roger  Peyrefitte et Jacques Chazot au Colony, 1976

Vincent Roux, Sylvie Vartan, Roger  Peyrefitte et Jacques Chazot

 

*   *   *

Au "Monoa"

 

Au Monoa, Sylvie Vartan fête ses 32 ans le 15 août 1976 entourée de Roger Peyreffite, Alain-Philippe Malagnac, Charley Marouani, François Dacla PDG de RCA

Au Monoa, Sylvie Vartan fête ses 32 ans entourée de Roger Peyreffite,

Alain-Philippe Malagnac, Charley Marouani, François Dacla PDG de RCA

 

 

Partager "PEYREFFITE 2" sur facebookPartager "PEYREFFITE 2" sur twitterLien permanent
 

                                                                   Site Sylvissima, Sylvie Vartan une femme une star, copyright
Copyright © 2015-2021 Etoile séparateur  Reproduction interdite
 
Partager "Reproduction interdire" sur facebookPartager "Reproduction interdire" sur twitterLien permanent