Drapeau français Drapeau britannique

 

Sylvie Vartan Iran 1967 / Iran 1969

 

 

 

Téhéran 1967

 

 

C'est en janvier 1967 que Sylvie Vartan entreprend le premier de ses trois voyages en Iran. Elle accompagne Johnny Hallyday qui donne un concert privé chez un neveu du Shah à Poonak, un quartier résidentiel de Téhéran.

 

 

 

Johnny Hallyday et Sylvie Vartan débarquent à l'aéroport de Téhéran, 1967

Johnny  et Sylvie débarquent à l'aéroport de Téhéran,  janvier 1967

En arrière plan, on aperçoit Ticky Holgado

 

 

 

Johnny Hallyday et Sylvie vartan conférence de presse en Iran, 1967   Johnny Hallyday et Sylvie Vartan dans un magasin de tapis persans, Iran janvier 1967   Sylvie Vartan et Johnny Hallyday visitent le musée des joyaux de la Couronne, Téhéran 1967

Conférence de presse

Téhéran

 

 

Achat de tapis persans

de la meilleure provenance

 

Globe incrusté, 1856, 

Musée des Joyaux de la Couronne, Téhéran.

 

Sylvie  Vartan assiste au concert de privé de Johnny Hallyday à la Cour d'Iran, janvier 1967   Sylvie Vartan lors du concert privé de Johnny Hallyday à la Cour d'Iran, janvier 1967
 Selon la tradition perse,  c'est à même le sol que Sylvie assiste au concert privé de Johnny pour Patrick Ali Pahlavi en janvier 1967.

 

 

Sylvie Vartan, Johnny Hallyday et Patrick Ali Pahlavi, neveu du Shah d'Iran, janvier 1967 Françoise Hardy et Patrick Ali Pahlavi
Patrick Ali Palhavi à gauche avec Johnny et Sylvie à Téhéran, à droite avec  Françoise Hardy à Paris

 

 

Pourrait-on aujourd'hui ne serait-ce qu' imaginer une quelconque notoriété de la variété française en Iran? Pourtant à l'époque du Shah d'Iran elle y a connu un véritable engouement et aujourd'hui les collectionneurs retrouvent des pressages iraniens de leurs vedettes favorites....Il faut évoquer le cas particulier de Patrick Ali Pahlavi, neveu du Shah d'Iran , né en France où il passe une grande partie de son enfance (comme de nombreux membres de la Cour du Shah d'Iran)...On peut se reporter à l'autobiographie de Françoise Hardy mais aussi à celle de Christian Pahlavi  (Christian étant le demi-frère d'Ali...).   

 

Patrick comme beaucoup d’adolescents avait pris feu pour la pop music, le rock et les yéyés. (...) Il avait appris à jouer de la guitare, s’était acheté un costume de scène scintillant et avait même passé une audition à Villetaneuse lors de l’une des visites qu’il me faisait à Paris. Plus tard, puisant à pleines mains dans sa fortune, il avait fait venir à Téhéran pour son seul plaisir, Johnny Hallyday, Sylvie Vartan et Françoise Hardy. (...) Voyageant alors en Europe ou en Amérique, Patrick m’avait chargé d’accueillir Sylvie Vartan à Téhéran. Elle y effectuait une tournée d’où elle rapporterait Mike Brant.
En son honneur, j’avais organisé un déjeuner à La Résidence, une pâle imitation de la Tour d’Argent.  "Ah ça ! s’était écriée la chanteuse en me voyant, vous êtes le frère de Patrick?" Et, comme je lui demandais les raisons de sa surprise, elle avait ajouté : " Mais vous avez l’air d’un polytechnicien!"  Affinités slaves et confidences échangées sur les souffrances endurées par deux petites filles au temps du communisme, entre Sylvie et Jana, le courant était tout de suite passé. Au dessert, grande marque de confiance, Sylvie avait extrait de son sac les photos hyperconfidentielles de son fils David. L’année précédente, avec l’artillerie lourde de sa sono et le bataillon de ses musiciens au complet, Johnny était venu à Pounak, dans le hall-salon attenant aux boxes des chevaux, pour nous chanter : "Noir c'est noir" "Si j ’étais un charpentier" et "Si vous allez à San Francisco". Très loin des audiences de Bercy ou du Champ-de-Mars, nous n’étions ce soir-là qu’une trentaine de spectateurs.
Christian Pahlavi - Les grains du sablier

 

*   *   *

 

Téhéran 1969

 Le Baccara Club du 16 au 26 avril

 

 

Carton d'invitation Baccara Club Téhéran années 60

 

 

En avril 1969 Sylvie donne ses premiers concerts en Iran. Une dizaine de représentations au "Baccara Super Night Club", proclamé  "plus célèbre et spacieux music-hall du Moyen-Orient", ce qui était probablement vrai.  Seul le Casino de Beyrouth pouvait lui disputer ce titre. Sur l'avenue Pahlavi, le club faisait la fierté de Téhéran pour sa scène hydraulique qui montait et descendait, le comble de la modernité à cette époque. De nombreux spectacles étaient retransmis en direct à la télévision. Dans son autobiographie Carlos décrit :"Un grand cabaret, un genre de Lido local. L'ambiance y était fastueuse avec trois ou quatre ballets et un orchestre". Toujours selon Carlos Mike Brant était le chanteur de l'orchestre tandis que le show de Sylvie clôturait la soirée. Convaincus par le talent du chanteur, Sylvie et Carlos l'ont incité à venir en France pour y tenter sa chance. On connait la suite...

 

 

Programme du Baccara Club, Téhéran, années 60 Scène hydraulique du Baccara Club, Téhéran, années 60 Sylvie Vartan et Mike Brant

Le Baccara Club avec  au

premier plan sa scène hydraulique

Sylvie Vartan  et Mike Brant  probablement

dans les coulisses du Baccara Club.

 

 

 

*   *   *

 

 

Sylvie Vartan 45 tours Iran "Un peu de tendresse" MONOGRAM 189 P

 

Sylvie Vartan 45 tours Iran TOP4 EX 4308 "La Maritza" - "Zum zum"

  MONOGRAM 189 P "Un peu de tendresse"   TOP4 EX 4308 "La Maritza" - "Zum zum"  

 

 

Bibliography

 

"Les Grains du sablier" - Christian Palhavi - Editions Thadée

"Le désespoir des singes... et autres bagatelles" - Françoise Hardy - Editions Robert Laffont

"Je m'appelle Carlos" - Carlos - Editions Ramsay

 

 

 

Partager "IRAN 67 et 69" sur facebookPartager "IRAN 67 et 69" sur twitterLien permanent
 

                                                                   Site Sylvissima, Sylvie Vartan une femme une star, copyright
Copyright © 2015-2021 Etoile séparateur  Reproduction interdite
 
Partager "Reproduction interdire" sur facebookPartager "Reproduction interdire" sur twitterLien permanent