Drapeau français Drapeau britannique

 

 

 

Sylvie Vartan 1966 : un nouveau son

 

 

Si pour Sylvie Vartan 1965 fut une année riche de succès et d'accomplissements artistiques avec en point d'orgue une tournée mondiale , 1966 fait contraste.

 

Malgré la désapprobation de son manager Johnny Stark, elle décide de faire un enfant et s'éloigne  de la scène. Dans le même temps s'opère un renouvellement musical qui démode la musique yéyé.

 

En France la chanson traditionnelle relève la tête avec notamment  Mireille Mathieu, Adamo ou encore Enrico Macias. Simultanément Sylvie éprouve  des difficultés dans sa vie privée : c'est au moment de la naissance de David que Johnny Hallyday est pris dans une spirale incontrôlable...

 

D'aucuns auraient pu la croire en plein désarroi, d'autres encore reconvertie dans la confection, mais Sylvie séparée de Johnny retrousse ses manches et révèle alors une orgueilleuse créativité

   
  Poster japonais de Sylvie Vartan, 1966
   

à la recherche d'un nouveau son.

 

C'est ce basculement qui intéresse alors la presse étrangère, tantôt avec bienveillance, tantôt avec agressivité (de la part de certains journalistes espagnols). Pour la France nous n'avons pas trouvé d'article sur le sujet, mais faut-il véritablement s'en étonner?

 

Johnny Hallyday ayant fait main basse depuis 1965 sur Micky Jones et Tommy Brown, Sylvie a besoin de nouveaux musiciens. Eddie Vartan découvre et recrute le groupe anglais " The Krew ".

 

Fascinée  par   la  ryhtmique  des   James Brown    ou    Otis    Redding,   Sylvie  fait

appel pour la première fois à un chanteur noir américain, Ernie Garrett, qui apporte une touche soul à son nouveau groupe.

 

En s'orientant vers un style teinté de rhythm and blues autant que de pop , Sylvie Vartan se lance dans l'aventure de l'innovation là où d'autres têtes d'affiches du yéyé ont déjà rejoint avec succès le mouvement de fond de la chanson française...

 

L'enjeu est de taille puisqu'il s'agit de revenir rapidement au tout premier plan.

 

Pour Johnny Hallyday, la situation est comparable. Le sondage Gallup publié dans l’Express, repris par la presse américaine et classant les artistes français par ordre de popularité pour l'année 1966 démontre ce qui un an auparavant était encore inimaginable : Sylvie et Johnny sont en bas du classement. Ils se retrouvent aux côtés de chanteurs d’opérette, tels Georges Guétary ou Colette Deréal. En tête, on retrouve Mireille Mathieu, Sheila, Adamo et Tino Rossi : l'heure n'est plus au rock!

 

C'est donc fin 66 que Sylvie prépare son retour. Nouveaux musiciens, nouveau look, avec un tout premier test sur scène en Turquie, puis un autre au Portugal.

 

Entre temps, le "couple terrible" se réconcilie et change de manager. Le 15 mars, les deux stars partagent l'affiche de l'Olympia, c'est donc  en unissant leurs forces qu'ils choisissent de relever ce défi. C'est un triomphe, qui sera prolongé jusqu'au 16 avril... Mais la reconquête ne fait que commencer...

* * *

 

REVUE DE PRESSE

 

Gioa (Italie)

 

Sylvie Vartan et Ernest Garret en répétitions, 1966, article de la presse italienne (Gioa)Sylvie Vartan  en répétitions, 1966 article de la presse italienne (Gioa)

 

Il n’est jamais facile de repartir à zéro, surtout quand le choc a été violent. Pourtant Sylvie Vartan a retrouvé le courage de sourire, d’oublier et de penser à reconstruire sa vie.  Absente de la scène musicale toute une année, elle est déterminée à reprendre sa carrière en mains dans des conditions difficiles en raison de l’engouement des jeunes pour le mouvement hippie. Dur mais pas assez pour l’arrêter tant les enjeux sont importants. Le petit David n’a que trois mois et doit être protégé des conséquences du drame familial qui divise ses parents. Entre Sylvie et Johnny Hallyday, l’autre idole de la chanson française, il semble que tout est irrémédiablement perdu, même si certaines voix suggèrent une possible réconciliation. Il y a quelques semaines, Sylvie a entamé la procédure de divorce. De toute évidence, quand ils se sont mariés en avril 1965,  ils n’avaient pas pris en compte leurs différences de caractère et leurs divergences d’objectifs. Ils étaient vraiment trop jeunes, pris dans le toubillon du succès et portés par l'engouement du public trop heureux de voir en eux le couple yéyé  par excellence. Avec un nouveau répertoire, accompagnée par un groupe hippie déjanté, Sylvie va commencer une longue tournée qui la conduira sur les plus grandes scènes d'Europe.  Gioa ,1966

 

 

 

* * *

 

Diez minutos (Espagne)

 

 

Sylvie Vartan est décidée à rompre avec son passé. Durant les deux années de son mariage avec Johnny Hallyday, elle avait été quelque peu écartée du monde artistique. Désormais elle va y revenir. Pour ce faire, elle a abandonné tout ce qui pouvait lui rappeler le souvenir de cette première époque au cours de laquelle elle a totalement dépendu de Johnny, grâce à qui elle a réussi à se faire un nom. Désormais tout est nouveau, excepté son frère Eddie qui continuera à compoSylvie Vartan en couverture de "Diez minutos" en 1966 (Espagne)ser pour elle. Elle s'est cherché un groupe de musiciens du plus pur style anglais de Liverpool : "The krew", qui l'accompagnera sur scène. Egalement, un nouveau partenaire : Ernie Garrett, un noir américain qui l'accompagnera dans les chansons en anglais. Tout un renouveau. Sylvie a confessé qu'elle ne veut plus entendre parler de son mariage avec Johnny et de la séparation qui s'en est ensuivie. Elle n'a désormais que deux objectifs : sa carrière et son fils David. Pour promouvoir cette nouvelle orientation, elle a vu les choses en grand : une tournée de deux mois dans toute l'Europe puis l'Extrème-Orient, où elle s'est déjà rendue pour ses collections de mode. Et en janvier, nous la verrons en Eurovision. Elle a déjà enregistré l'émission pour la télévision française, réalisée par Jean-Christophe Averty. ....En janvier cette émission sera diffusée en Eurovision. De plus, Sylvie , dans le cadre de ce renouveau, n'oubliera pas le cinéma. Elle fera un film aux Etats-Unis et un autre au Mexique. Tout ça dans l'année qui vient. La nouvelle manière dont Sylvie s'expose confirme la théorie selon laquelle ce que souhaite principalement la blondinette française, c'est prendre son indépendance vis à vis de Johnny et travailler pour son propre compte. C'est bien évidemment une preuve de fierté. Cela démontrera si oui ou non Sylvie est une bonne chanteuse ou si elle ne faisait qu'exister dans l'ombre de Johnny. Maintenant que tout est lancé, on va bien voir.  

Diez minutos, 26 novembre 1966

 

 

 

* * *

 

Fan  (Espagne)

 

 

Sylvie Vartan dans "Fan" (Espagne) 1966Tout comme Johnny, Sylvie est en pleine renaissance. Après deux années de totale inactivité artistique, elle est revenue.  Et ça s'est passé de manière un peu inattendue. Elle a totalement changé. Finis les chemins tout tracés. Maintenant elle est totalement immergée dans la tendance actuelle. Elle s'est anglicisée. Elle porte du mini et du moulant, et sa musique est pop. Assez de chansons sucrées. Sylvie,  à l'encontre de sa nature, est devenue dure, froide et calculatrice. Quand elle a offert son coeur on le lui a brisé et maintenant elle réagit totalement à l' inverse. Mais elle est motivée, et elle nous le dit. En un rien de temps, elle a réuni un groupe anglais du plus pur style de Liverpool, Sylvie Vartan en pleines répétitions  dans "Fan" (Espagne) 1966qui va l'accompagner. Ils s'appellent "The Krew", un groupe qui connaît déjà un certain succès, et quand elle chante en anglais elle est accompagnée par le chanteur noir américain Ernie Garrett. Pour l'heure, elle se prépare pour une importante prestation à l'Eurovision, dans le "Onemar show" qui sera diffusé dans les semaines à venir, et elle joue à quitte ou double. Elle sait qu'en cas de triomphe, elle restera une grande star. En cas d'échec, son étoile se ternira. Mais la Vartan est sure d'elle et sereine. Elle ne se contentera pas de chanter, elle dansera et démontrera ses qualités d'actrice. Nous souhaitons à Sylvie le plus grand succès. Non pas parce qu'elle a besoin d'argent, mais pour qu'elle puisse se reconstruire....

Fan , 26 novembre 1966

 

 

     Fan  (Espagne)  suite                   Presse japonaise
Sylvie Vartan  et Carlos dans "Fan" (Espagne) 1966 Sylvie Vartan en répétitions, article de la presse japonaise,  1966
Sylvie Vartan en répétitions en 1966, article "Fan" (Espagne)
Sylvie Vartan répète avec Ernest garret, 1966, article "Fan" (Espagne)
"Après la tentative de suicide de son mari qui a failli la mener au divorce en fin d'année, revoilà Sylvie aux côtés de Johnny Hallyday . Même si Sylvie est bien décidée à être "une bonne maman", les sirènes de la chanson se font entendre. Elle a réuni un nouveau groupe de musiciens pour l'accompagner.  Quand on porte le titre de "reine des yéyés" on ne se laisse pas ravir sa couronne"...  

 

Partager "REPETITIONS 66" sur facebookPartager "REPETITIONS 66" sur twitterLien permanent
 

                                                                   Site Sylvissima, Sylvie Vartan une femme une star, copyright
Copyright © 2015-2021 Etoile séparateur  Reproduction interdite
 
Partager "Reproduction interdire" sur facebookPartager "Reproduction interdire" sur twitterLien permanent