Drapeau français Drapeau britannique

 

Sylvie Vartan Espagne 1968 / Grèce 1968

Espagne

12-13-14 août 1968 

 

 

Montage photo Sylvie vartan à la télé espagnole, 1968

 

 

"Miracle! Sylvie a changé. Je me souviens de ses précédents voyages en Espagne. Froideur, gestes intempestifs, et un certain mépris pour les journalistes et photographes, en permanence en  proie à la fatigue et à l'ennui , s'échappant par la porte de derrière pour ne pas rencontrer les reporters qui attendaient depuis un bon bout de temps ... Une Sylvie Vartan transformée en star mal à l'aise et désagréable pour  nous qui avons la tâche délicate d'approcher les célébrités. Cette fois, j'y suis allé avec prudence, armé  de patience pour éviter de rapides et inévitables camouflets".

(Extrait de l'article "La reine des yéyés revient en Espagne : Sylvie Vartan vient de fêter ses vingt-quatre ans", voir plus bas)
 

Cet extrait d'article  résume l'état d'esprit qui règne et qui colore les compte-rendus de la presse espagnole pour la dernière étape de la tournée d'été 1968 de Sylvie Vartan. Une tournée que Sylvie débute en juillet à San Remo le bras dans le plâtre et qui s'achève à Marbella après avoir longé les côtes de l'Europe du Sud de l'Adriatique italienne à la Costa del Sol....  Débarrassée de son plâtre le 8 août , Sylvie pourrait enfin respirer mais c'est sans compter sur la presse locale qui a visiblement quelques comptes à régler depuis  son précédent voyage un an auparavant ...

Eclair Le  12 août  à Barcelone (Parc de Montjuich) elle donne   deux    concerts    attirant   au  total   plus  de 30 000 personnes.

Le 13 août à Madrid, elle tourne l'émission de télévision "Nosotros"  dans  les studios  de Prada    del Rey. Elle y rencontre la presse avant de rejoindre Marbella où elle se produit au Don Pepe.

 
 14 août, elle chante au Piper's club de Torremolinos, près de Malaga.
On retiendra que comme en Italie, les cachets de Sylvie sont au cœur des débats. A la fin des années 60, en Espagne, Sylvie est la chanteuse européenne dont le montant du cachet est le plus élevé, devant la star italienne Mina.   Affiche annonçant Sylvie Vartan en concert à Barcelone, 12 août 1968
     

 

Eclair Quelques désaccords entre Sylvie et sa maison de disques transpirent dans les interviews. D'ailleurs en décembre 68, la chanson "Zum Zum Zum" se classe plus d'un mois dans le Top 20 des charts espagnols , sans que  RCA  juge utile de la sortir en single dans le pays (s'agissait-il d'un import?).Après ce séjour qui lui laisse peu de répit, Sylvie rentre à Paris le 15 août pour fêter son anniversaire en famille puis s'envole pour le Brésil

 

 

Sylvie Vartan sur scène en Espagne 1968   Affiche annonçant Sylvie Vartan en concert à Barcelone au parc Montjuic , 12 août 1968   Sylvie Vartan sur scène au Parc Montjuich de Barcelone le 12 août 1968 (Photo couleur)

 

 

Sylvie en concert au Parc de Montjuic de Barcelone

12 août 1968

 

"Sylvie était à Barcelone pour deux concerts – matinée et soirée – au Parc de Montjuic. Bien que son concert fût prévu à 8 heures, dès 6 heures 9000 personnes étaient déjà rassemblées dans le théâtre en plein air du parc, où se tiendra prochainement le premier festival international de la chanson de Barcelone. Mais Sylvie, qui était arrivée par avion peu avant 6 heures, se rendit tout de suite à son hôtel pour attendre sa troupe et son matériel , acheminés de France par la route. Ceux-ci n'arrivèrent pas avant huit heures et c'est avec beaucoup d'impatience que le public attendit son arrivée sur scène , sans bouger d'un iota pour ne pas risquer de perdre sa place. Sylvie chanta pendant trois quarts d'heures, recueillant beaucoup d'applaudissements. En soirée, le public fut encore plus nombreux . Sylvie a de la bouteille, bien que sa cote de chanteuse ait diminué, elle a fait la démonstration qu'elle est une vraie professionnelle". (...) Voir l'article original complet

 

       
Sylvie Vartan  en Concert au Parc de Montjuich de Barcelone le 12 août 1968

 

 

 

*   *   *

 

PRESSE ESPAGNOLE

 

Semana N°1488

 

 

LA REINE DES YEYES REVIENT EN ESPAGNE

Sylvie Vartan
VIENT DE FETER SES 24 ANS

 

 

  "Johnny est le meilleur des maris, beaucoup de choses se sont passées entre nous, quoi de plus normal entre conjoints".
"Je collectionne les animaux en peluche et les petites voitures ; comme on le voit, je suis très capricieuse".
"Pendant mon sejour à l'hôpital, j'ai réfléchi".

 

 

Article de la presse espagnole sur Sylvie Vartan "La reina de los ye-yes vuelve a Espana"

 

Miracle! Sylvie a changé. Je me souviens de ses précédents voyages en Espagne. Froideur, gestes intempestifs, et un certain mépris pour les journalistes et photographes, en permanence en  proie à la fatigue et à l'ennui , s'échappant par la porte de derrière pour ne pas rencontrer les reporters qui attendaient depuis un bon bout de temps ... Une Sylvie Vartan transformée en star mal à l'aise et désagréable pour  nous qui avons la tâche délicate d'approcher les célébrités. Cette fois, j'y suis allé avec prudence, armé de patience pour éviter de rapides et inévitables camouflets.

- Nous pouvons bavarder avant que  j'aille sur le plateau. Ensuite, nous profiterons des pauses et poursuivrons l'entrevue si vous le souhaitez.

Et elle sourit. C'était une nouvelle Sylvie Vartan. Je ne l'avais jamais vue comme ça. Il était midi. Dans sa petite loge de la télévision espagnole, Sylvie recevait un groupe de journalistes. Je l'ai bien regardée. Elle était plus belle que jamais. Et, peut-être, plus femme qu' il y a  un an ... Elle semble toujours fragile, mais dans son regard, calme et paisible, on sent de la détermination et de la volonté. Son sourire est doux, serein. C'est le sourire d'une poupée  parfaite de beauté.

 

ELLE ET  LA VIE

 

- Que s'est-il passé, Sylvie?

- Rien. La vie continue ... Elle est passionnante ...
Je crois bien qu'elle essayait de s'en convaincre elle-même...
- Votre récent accident de voiture a-t-il eu des incidences dans votre vie?
Ses yeux se mettent à trembler doucement ...
- - - - - - Peut-être m'a-t-il enseigné que la course permanente n'est pas une solution. Il y a des règles dans la vie que nous devons tous respecter. A l'hôpital, j'ai eu  tout le temps nécessaire pour  penser, repenser ... Non, ce n'était de ma faute ... Je ne pouvais pas éviter le choc ...

En effet, il est désormais établi  que Sylvie n'était pas en tort. Tout le monde le sait, mais elle le répète encore et encore parce qu'elle veut s'en  convaincre entièrement. C'est une absolue nécessité. Car, dans l'accident, sa meilleure amie, Mercedes Calmel, qui occupait le siège de la passagère, a été tuée.. Après avoir triomphé à l'Olympia, elle rentrait chez elle  à Versailles. Elle a reçu un sale coup à la gorge et au bras et a eu le sternum fracturé. Sa voiture, une Ford, s'est retrouvée à la casse ...

- Quand on doit passer plusieurs semaines au lit sans pouvoir bouger, on pense , on ne fait que penser ... La tête tourne, tout se désagrège ...

Sylvie a commencé à changer fondamentalement quand elle est devenue maman. Un changement tout autant physique que psychique. Rapidement, une nouvelle Sylvie  est  née,  moins  capricieuse,  moins

 

 

indifférente à son entourage. Une Sylvie gracieuse et abordable. Désormais le changement s'est accentué de manière significative.

- De plus,  dit-elle gaiement , demain j'aurai 24 ans !

En effet, quand cet article paraîtra, elle aura déjà fêté joyeusement son anniversaire à Versailles avec son mari, son fils et quelques parents proches.

 

SYLVIE ET ​​JOHNNY


- C'est curieux : on devient une femme sans s'en rendre compte avant que quelqu'un vous le dise.
-  Qui a joué ce rôle dans votre cas ?

-  Mon mari. Johnny Hallyday. 

C'est lui qui malgré tout a le plus influé sur la vie de Sylvie . Johnny a sans doute beaucoup de défauts, notamment son horripilant narcissisme. Mais il est travailleur, dynamique, créatif, attentionné, intelligent. Caractéristiques qui ont toutes contribué de manière significative à la réussite de Sylvie.

- Il s'est passé beaucoup de choses entre nous, c'est normal entre conjoints. Je pense qu'il est le meilleur des maris, en plus d'un excellent compagnon.

- Sylvie, on a toujours dit de vous que vous étiez  très capricieuse...

- Eh bien, oui délicieusement - dit-elle en souriant. Je collectionne les animaux en peluche, les petites voitures, les mini-boîtes d'allumettes ... Voilà  mes caprices.

 

Article "Semana" N°1488 sur Sylvie Vartan (Espagne,1968)

- Que craignez-vous?
- Rien. J'ai confiance en moi. Je suis déterminée. Face aux difficultés, je me dépasse.

- Que pensez-vous de la vieillesse ?

(Là, elle semble un peu préoccupée...)
-  Vivez-vous comme les autres filles de votre âge ?
- En général, oui. Il est vrai que je gagne pas mal d'argent, mais j'en dépense peu. Vous voyez bien comment je suis ..? .. Pour m'habiller je me contente d'un rien, pas de bijoux ni de frais superflus.

 

TRES DIFFERENTE (...)

 

Dans les premières années de sa carrière, elle a beaucoup été imitée.  Aujourd'hui encore, elle est imitée par de jeunes chanteurs en mal de succès.  Puis sa popularité a baissé. Sylvie, jeune et fougueuse, ne s'est pas  découragée. A force de travail, de  patience et d' obstination mais aussi de publicité bien gérée sur certains événements de sa vie (discorde conjugale, tentatives de suicide, etc...) elle a retrouvé sa position privilégiée. Maintenant, Sylvie est stabilisée. Dans son genre, elle a désormais atteint une forme de  classicisme.  Et  ça,   c' est important. (...)

 

 

H.S.M Photos: J.Torremocha

Voir l'article original complet page 1

Voir l'article original complet page 2

 

*   *   *

 

 

Sylvie Vartan jouant du piano à la télévision espagnole, 1968   Sylvie Vartan à la télévision espagnole, 1968

 

 

*   *   *

 

Teleguia N°187

 

 

Sylvie vartan : Avec Johhny tout va bien

 

 

  Une séparation est-elle possible?  "Oh oui. Très vite!"

•  Il y des rumeurs qui prétendent que ça va mal en France pour Sylvie, que sa cote est à la baisse. Sa carrière n'est-elle qu'un gigantesque bluff?

   A Barcelone, chacune de ses deux prestations a attiré plus de 15 000 personnes.

  Son mari et son fils David resteront loin d'elle quelques semaines de plus...

 

 

 

Un français costaud, serré dans un chandail, garde la porte d'entrée de la loge de Sylvie Vartan ; peu de temps après on apprend qu'il s'agit de son frère Eddie. Profitant d'un instant d'inattention, je parviens à m'introduire dans la loge.  Devant le miroir, Eddie contemple ses muscles puissants et dissuasifs. Sylvie retouche son maquillage.

 

Photo couleur Sylvie Vartan en Espagne, casquette rouge, 1968

 

Sylvie est de retour en Espagne.

 

- Qu'est-ce qui t'attire plus particulièrement dans notre pays?

- Le vin, la cuisine et le soleil.

 

Je dois reconnaître qu'une fois le contact établi, Sylvie se montre plus sympathique. Par conséquent je vais droit au but :

 

Tu es très souvent  dans "Salut les Copains"  Y as-tu des intérêts financiers?

Un rire tonitruant sera la seule réponse que je recevrai de la femme de Johnny.  Son frère  dit:

"Il s'agit d' une rumeur parfaitement ridicule".

 

TOUT VA BIEN AVEC JOHNNY

 

Comment va ton couple ?

- Très mal

- Une séparation est-elle possible? Un divorce?

- Oh oui. Très vite.

La réponse me laisse sans voix. Surtout par sa spontanéïté. J'ai l'impression d'être tombé dans un piège. Et effectivement :

- N'en crois pas un mot, me dit-elle.

Sylvie n'est que sourire. C'était une blague. Tout va bien avec Johnny.

- Depuis combien de temps n'as-tu pas vu ton fils David?

 

 

 

     

- Une semaine très exactement.

 

Sylvie arrive de Barcelone. Elle s'est produite à Montjuich. D'après ce qu'on m'en a dit, chacune de ses deux prestations a attiré plus de 15 000 personnes.

Je la trouve fatiguée. Très fatiguée.

 

- Que fais-tu pendant ton temps libre?

- Je dors, je dors beaucoup.

Il y a des rumeurs, toujours ces rumeurs vraies ou fausses, que ça va mal en France pour Sylvie, que sa cote est à la baisse, que toute sa carrière n'est qu'un gigantesque bluff. Mais elle ne le voit pas comme ça :

- En France, ça va de mieux en mieux. Je me surpasse continuellement et je me réalise plus en plus.

 

EDDIE, COMPOSITEUR DE SYLVIE

 

Sylvie a son propre compositeur.. Un compositeur particulier, qui l'accompagne partout. Il s'agit du musculeux  Eddie, son frère. A qui je demande :

- Quel genre musical va le mieux à Sylvie?

- Ce que ma sœur préfère ce sont les chansons du style de  "Comme un garçon" - qui figure au programme dans l'émission "Nosotros".

 

En effet fin septembre un 45 tours de Sylvie sortira avec cette chanson et "Dis-moi que tu m'aimes".

(...)

 

Sylvie me parle des prochaines étapes de sa tournée : elle file à Torremolinos pour chanter au Piper's Club, le lendemain au Don Pepe à Marbella.

 

Ensuite elle prendra le large pour rejoindre Rio de Janeiro, où, en

 

même temps qu'elle chantera, elle présentera les derniers modèles de sa boutique parisienne. Elle rentrera à Paris, pour régler quelques détails et de nouveau elle traversera l'Atlantique, cette fois-ci à destination de Mexico. Monsieur Duclose, impressario de Sylvie pour l'étranger, rajoute une étape : le Liban.

 

L'émission "Nosotros" a déjà été enregistrée. Beaucoup de photographes sur le plateau. Dans l'espoir de voir Sylvie. On a remarqué une certaine raideur dans le bras gauche de la chanteuse française. Il y a quelques mois, tout le monde s'en souvient, Sylvie a eu un accident de voiture dans lequel Mercedes Carmel, l'une de ses meilleures amies, a trouvé la mort. Sylvie s'est cassé le bras gauche, celui qui est si rigide actuellement.

- A Barcelone - me dit la Vartan - j'ai un peu souffert. L'humidité de la capitale catalane ne m'a pas réussi, car mes blessures ne sont pas totalement guéries.

 

Quoiqu'on en dise, la contreversée Sylvie Vartan continue à chanter. Cinq chansons, accompagnée par  "Los Angels" - mises en boite aux studios de Prado del Rey. Et la roue tourne. Il faut bien profiter de l'été,  car c'est la saison la plus lucrative.

 

Sylvie la nomade prend congé.

 

Le soleil le vin et le gazpacho l'attendent dans le sud de l'Espagne. Et son mari et son fils David resteront loin d'elle quelques semaines de plus . Bien que Sylvie l'assure :

"Tout va bien avec Johnny"...

 

Texte et photos : P.L.C. Tejon

Voir l'article original 

Sylvie Vartan Teleguia N°187 , 1968, Espagne
 

*   *   *

 

Diez minutos

 

ELLE A CHANTE POUR "NOSOTROS"

 

Sylvie Vartan

 

 

  Sylvie Vartan est-elle tombée de son piédestal d'idole ?

- "Mais non, pas du tout. Je n'ai pas baissé mes prix. "

  " Je n'attends pas de ma maison de disques qu'ils m'offrent des fleurs. Ce que je veux c'est qu'ils s'occupent de mes disques pour que les ventes augmentent" ...  

 

 

Sylvie Vartan article "Diez minutos" Espagne 1968   Sylvie Vartan dans "Diez minutos" reportage couleur 1968   Sylvie Vartan dans "Diez minutos" reportage couleur 1968 (casquette rouge)

 

Sylvie Vartan est  toute de bleu vêtue. Elle ne change pas. Elle ressemble à une poupée, aux yeux bleu clair et au sourire doux.


- Que reste-t-il du terrible accident de voiture dans lequel votre amie Mercedes a perdu la vie ?
- Rien. Ça va. Bien que je ne pourrai jamais oublier ni le choc, ni mon amie.


Je lui dis: "Il y en a qui ont cru en une tentative de suicide". Sylvie Vartan devient sérieuse: "Un suicide de nous deux en même temps ? Non, c'est n'importe quoi. Même si elle et moi étions comme les doigts de la main..."

 

Elle ne perd pas son calme.. Elle se montre plus humble que d'habitude, plus sympathique. Cette fois-ci, elle vient en Espagne sans trop faire la star. Sylvie Vartan est-elle tombée de son piédestal d'idole ?
 "Comment ? Mais non, pas du tout. Je n'ai pas perdu quoi que ce soit. Je suis Sylvie Vartan. Et je suis encore très jeune. Je n'ai pas baissé mes prix. De plus, ces derniers temps, j'ai placé deux top 1 dans les charts en Italie. Ils ne sont pas faciles à conquérir. J'ignore pourquoi ça ne se produit pas à l'identique en Espagne. Car je suis très attentive au marché espagnol, en enregistrant mes chansons en castillan". Et elle ajoute:  "Je l'ai dit à ma maison de

 

disques. Je n'attends pas d'eux qu'ils m'offrent des fleurs. Ce que je veux c'est qu'ils s'occupent de mes disques pour que les ventes augmentent ... On ne peut pas investir dans un disque et s'en remettre à la grâce de Dieu, sans y prêter d'attention. A la sortie d'un disque, il faut créer les conditions pour qu'on l'écoute. Un disque sensationnel peut sombrer dans l'échec si on ne l'entend nulle part"...


Sylvie Vartan est mince, l'allure élégante, exactement le genre qui plaît aux garçons d'aujourd'hui. Elle a dit: "Je suis encore jeune." C''est vrai. Elle a vingt ans. En Espagne, elle a chanté la veille de son anniversaire, à Barcelone. ​​A Madrid elle a enregistré une émission de télévision avant de s'envoler pour Marbella. A Paris, elle était attendue par le petit David, son fils confié à la garde de sa grand-mère, et par son mari, Johnny Hallyday, pour qu'ils célèbrent ensemble l'anniversaire de "la poupée bulgare".


Sylvie est drôle. Pas du tout stupide comme on avait pu le croire lors d'une précédente occasion... .. je le lui ai dit. Elle a souri en précisant : "Parfois, je suis fatiguée, très fatiguée" ... (...)

 

Javier De Montini. Photos: Felix Gomez

Voir l'article original complet page 1

Voir l'article original complet page 2

 

 

*   *   *

 

Hola

 

 

Sylvie Vartan en Espagne

 

 

  Madame Hallyday, est-ce que cela vous plaît de parler de votre vie privée?

"Une prestation qui nous réunirait tous les deux avec Johnny serait trop chère, c'est pour cette raison que nous n'avons pas l'habitude de voyager ensemble"...

Partager "ESPAGNE 68" sur facebookPartager "ESPAGNE 68" sur twitterLien permanent
 
Sylvie Vartan dans les jardins du  Don Pepe de Marbella, 14 août 1968  

conjugales, des crises qu'elle voudrait occulter aujourd'hui. Les hauts et les bas de Johnny - une idole qui est tombée et qui s'est relevée plusieurs fois -  ont eu des conséquences sur la vie privée des deux stars, avec pour point culminant la tentative de suicide de Johnny.

- Sylvie: renonceriez-vous à votre célébrité , votre carrière, votre fortune, pour une meilleure une vie conjugale?"

- La question ne se pose pas puisque  je suis très heureuse.

- La cohabitation avec un artiste comme Johnny est-elle difficile? Je pense aux jalousies artistiques, à l'existence de hauts et de bas...

- Non parce que nous évoluons tous les deux dans des conditions semblables.

- Avez-vous déjà fait du cinéma?

- Oui, deux films. J'en    ferais plus    si j'avais des propositions intéressantes.

- Accompagnerez-vous Johnny lorsqu'il viendra ici?

- Je ne crois pas que je le pourrai. J'ai des engagements.

- L'accident dans lequel votre meilleure amie est décédée est-il le coup le plus dur que vous ayez reçu dans la vie? Cette fois, Sylvie met un peu plus de temps pour répondre. Est-ce sincère de sa part?

- Oui

- Que retiendrez-vous de votre voyage en Espagne?

- J'en garderai un très bon souvenir. Vous êtes charmants...

 

Texte et photos : P.L.C. Tejon

Voir l'article original 

 

 

Sylvie Vartan dans les jardins du  Don Pepe de Marbella, Espagne,  14 août 1968

 

Dans le visage, une expression qui se veut  sympathique ; au bras gauche, à ce qu'il semble, une trace de l'accident récemment survenu ; au menton, visiblement, une cicatrice, encore rouge, sur laquelle je ne veux pas paraitre trop fixer mon attention, bien que je sache déjà qu'il n'y aura pas besoin de chirurgie plastique, mais que le temps suffira  pour l'effacer. C'est Sylvie Vartan, la reine des yéyés, l'épouse si médiatisée de Johnny Hallyday, et qui vient se produire en Espagne, qu'elle connait déjà à l'aune de deux précédents voyages,  il y a quelques années, au plus fort de son succès.

On fait les photos au fur et à mesure. Sylvie n'aime guère, sembe-t-il, le brûlant soleil andalou, bien qu'elle affirme que tout l'enchante ici, que le flamenco ou encore les plats régionaux l'enthousiasment...

 

- Madame Hallyday - bien qu'elle soit très jeune, c'est la formule d'usage  pour une entrée en matière - est-ce que cela vous plaît de parler de votre vie privée?

- Non, cela  me gêne beaucoup. Je peux simplement dire que je suis une femme heureuse.

- Mais alors, ces crises, ces hauts et ces bas dans votre mariage? ...

- Pour la  plupart ce sont des inventions de votre part, les journalistes.

- Pourquoi, alors, n'êtes pas venus ensemble avec Johnny , alors qu' il est attendu dans moins de quinze jours dans le même hôtel ?

- Parce qu'une prestation qui nous réunirait tous les deux serait trop chère.

 

 

C'est pour cette raison que nous n'avons pas l'habitude de voyager ensemble.

- Où est-il en ce moment ?

- Il travaille, comme moi.

- Cela veut-il dire que vous ne profitez jamais de vacances ensemble ?

- Si : de temps en temps nous prenons quinze jours, à n'importe quelle période de l'année. En été, comme vous le savez, il y a beaucoup de demandes, partout.

 

Quelqu'un nous interrompt. Le comte de Perlac, chef des relations publiques du "Don Pepe", qui n'a pas facilité l'entrevue,  fait les présentations. Et tandis que tout en  signant des autographes Sylvie salue quelques personnes venant d'arriver , je pense à son histoire.

Sylvie Vartan est, en réalité, bulgare de naissance. C'est l'exode de sa famille,  comme  tant d'autres après la seconde guerre mondiale,  qui l'a faite s'établir en France,  où, très jeune, et avec l'appui de son frère Eddie, qui était chef d'orchestre, elle s'est  dirigée vers le monde de la chanson populaire, dans lequel elle fut définitivement introduite par celui qui est aujourd'hui son mari,  Johnny Hallyday. Pratiquement, l'itinéraire de chacun des deux, alors inconnus, fut semblable, tous deux devenant des idoles yéyé de la jeunesse non seulement française mais européenne.

 

Ensuite, il y a eu le mariage, et seulement une année de bonheur parfait. Après la naissance de David, des failles commencèrent à se faire sentir dans les relations

 

*   *   *

 

Hola  (28 août 1968)

 

 

SYLVIE VARTAN A PRIS LE TEMPS DE SE DETENDRE A MARBELLA
Sylvie Vartan dans son hôtel de Marbella, 1968Sylvie Vartan à Marbella, 1968

"Durant son bref mais intense séjour en Espagne au cours duquel elle s'est produite trois fois en 48 heures, Sylvie Vartan a gardé un peu de temps pour se reposer quelques heures à Marbella, l'une des étapes de son périple artistique. Sur ces photos, nous la voyons enfin débarrassée du plâtre qui a comprimé son bras pendant plusieurs mois, se promenant dans les jardins de l'hôtel où elle séjournait et pratiquant le  "self service" à l'heure du repas comme n'importe quelle touriste. Quelques heures plus tard, la chanteuse reprenait le chemin de Paris pour y fêter son vingt- quatrième anniversaire entourée de son mari et de son fils".

Voir l'article original 

 

 

 

PRESSE FRANCAISE 

 

*   *   *

 

Sylvie Vartan : un nouveau personnage et une télévision en Espagne

 

 

  100 000 francs pour quatre chansons...

  Un petit mot de Johnny et David ...

 

 

Une casquette gavroche, de longs cheveux blonds, une veste à dentelles en velours sombre, des bottes de cuir, c’est Sylvie Vartan, telle qu'en tubes cathodiques les téléspectateurs espagnols vont la voir. Elle leur chantera en français et en espagnol quatre chansons pour la modique somme de... 2.000 dollars, ce qui fait tout de même, avec le change et les ennuis de l'or, quelque chose comme cent bons mille francs.

 

Il est à remarquer que Sylvie n'avait plus de bras dans le plâtre ni d'ecchymose au visage. Comme en plus elle était très souriante et même d'excellente humeur, les témoins en ont déduit qu'elle ne garde aucune trace de son accident d'automobile d'il y a quatre mois et que tout marche au mieux entre Johnny et elle. La preuve : comme son anniversaire (24 ans) tombait pendant les jours de tournage de cette émission, "Nostros", elle reçut une énorme corbeille de fleurs en provenance de Paris.

 

Sur la petite carte qui y était jointe, il y avait une trentaine de mots et deux signatures. Celles de Johnny et d'un certain David Smet, trois ans.

 

Sylvie Vartan Télé espagnole 1968 (presse française) Sylvie Vartan en répétions sur un plateau de télévision, Espagne , 1968, article de la presse française Sylvie Vartan en Espagne en 1968, article de la presse française

 

Détendue, heureuse, sans plus aucune trace de son accident, Sylvie Vartan a participé, à Madrid, à une émission de télé.

Sylvie a chanté en français et en espagnol dans "Nostros". Elle a même dansé. C'était le jour de ses vingt-quatre ans.

Voir l'article original

 

 

*   *   *

 

 

Sylvie Vartan album "Canta en Espanol"  LPM 10341  (LP) (ESPAGNE) Sylvie Vartan 45 tours Comme un garçon  3 10302 (SP) (ESPAGNE) Sylvie Vartan  45 tours ESPAGNE Baby Capone  3 10338 (SP) Sylvie Vartan 45 tours ESPAGNE La Mariza  3 10372 (SP)

Canta en español

(ESP) LPM 10341  (LP)

Comme un garçon

(ESP) 3 10302 (SP)

Baby Capone

(ESP) 3 10338 (SP)

La Maritza

(ESP) 3 10372 (SP)

 


 

Grèce

7-8 septembre 1968

 

Tout juste rentrée du Brésil, Sylvie se rend en Grèce pour deux concerts avec Johnny Hallyday lors de la Foire Internationale de Thessalonique. Si selon Sylvie, la tête d'affiche "Johhny et Sylvie" était trop chère pour l'Espagne, elle ne le fut pas pour les organisateurs du festival grec, soucieux du prestige de leur manifestation. Après Charles Aznavour pour l'édition de 1967, Sylvie et Johnny se produisent au Palais Des Sports les 7 et 8 septembre. Le prix des places est alors de 30, 50,80 et 150 Drachmes. 

 

 "De nouveau réconciliés Sylvie Vartan et son mari Johnny Hallyday sont à Athènes depuis le 7 septembre. Ils se produisent au Festival International à Salonique près de la capitale".   Le Palais des Sports de Thessalonique, construit en 1966, était alors l'une des plus grandes salles d'Europe , avec une capacité de 6000 places. Elle a été ramenée à 5000 au début des années 2000.

 "De nouveau réconciliés Sylvie Vartan et son mari Johnny Hallyday sont à Athènes depuis le 7 septembre. Ils se produisent au Festival International à Salonique près de la capitale".

 

Le Palais des Sports de Thessalonique, construit en 1966, était alors l'une des plus grandes salles d'Europe , avec une capacité de 6000 places. Elle a été ramenée à 5000 au début des années 2000.

 

 

La création de la Foire internationale de Thessalonique remonte à 1926. L'objectif était de promouvoir les apports domestiques de l'industrie. Les exposants venaient du monde entier pour près de 100 000 visiteurs (dans les années 60). Dès le départ, la manifestation comporte des spectacles. Entre 1967 et 1974, sous un régime politique soucieux de s'intégrer à la communauté internationale, on choisit des invités de prestige pour se produire dans le nouveau Palais des Sports inauguré en 1966. C'est ainsi que se sont succédé :

 

 1967 - Charles Aznavour le 10 septembre.

 1968 - Sylvie Vartan et Johnny Hallyday les 7 & 8 septembre.

 1969 - Dalida le 13 septembre.

            - Vicky Leandros le 15 septembre.

 1972 - Patty Pravo

• 1973 - Demis Roussos les 8,9,10 septembre. 

 

Partager "ESPAGNE 68 2" sur facebookPartager "ESPAGNE 68 2" sur twitterLien permanent
 

                                                                   Site Sylvissima, Sylvie Vartan une femme une star, copyright
Copyright © 2015-2021 Etoile séparateur  Reproduction interdite
 
Partager "Reproduction interdire" sur facebookPartager "Reproduction interdire" sur twitterLien permanent